Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 20 décembre 2010

mère indigne?

Bloquée par la neige, me voilà à la maison, m'ennuyant quelques peu...  je me suis mise à
regarder à nouveau ce superbe reportage sur les mères indignes qu'a proposé France 4 au mois de novembre. Et je me suis comparé, disséqué, apeurée, face au question-réponse de ces mamans si proches et si différentes de moi. J'ai donc repris les thèmes si appropriés et voilà ce que j'en ai tiré comme conclusion...




Non. surement pas. Mais je suis la mère que je veux être, dévouée à ma fille sans trop m'oublier...




Je voudrais être un mélange de Bree Van der Kampf et de Lynette Scavo. C'est sure que je voudrais donner une éducation très différente de ce que j'ai reçu. Mais quand on se retrouve face à sa propre maternité, on est bien surprise!!!! Je pensais que je serais une mère parfaite, dévouée et aimante et je me révèle impatiente et étourdie!!! Je ménerve, je crie, je punie... Et quoi??? Ma fille n'est  pas une poupée donc forcément imparfaite... 




Ah la grossesse!!! On vous dit que ce sera le plus beau moment de votre vie... Et bah pas pour moi. Pas que je l'ai particulièrement mal vécu mais sérieusement, même si c'est naturelle, la nature n'est pas toujours favorable à la femme. 
Oui il y a des moments merveilleux mais quid, des   douleurs, de la sexualité qu'il faut retrouver, des insomnies, des aigreurs d'estomac, des nausées, des coups dans les côtes... Le coté animale??? Bah oui le jour où tu accouches. Ton utérus est plus visité que la tour Eiffel au mois d'août, tu te retrouve les jambes écartée sur une table où 5 personnes te regarde la c... et tu hurles de façon animale pour que tout cesse. Et tu es sonnée!!! Tellement sonnée que tu ne réalises pas trop ce qui est en train de se passer... Le coté animalité n'est pas dans l'aspect Lionne je crois. Mois je me suis plus sentie "vache"... Après c'est très perso pour chacune...
Cependant, le souvenirs qu'il m'en reste c'est cette impression d'être la femme la plus importante du monde. On m'aurait dit que je portait Dieu, j'y aurait cru... Bref... Cette impression d'être unique et que l'univers attendait la venue de ma fille était très curieux. Pourtant ma meilleure amie était enceinte en même temps que moi. Mais j'étais celle quo portait le monde...





ça restera mon grand regret.  ne pas avoir pris ma fille juste après sa naissance. Ce moment où j'ai hurlé pour la "délivrer" de cette prison... Le mot "délivrance correspond tellement à ce moment ou chacune des deux parties est délivrées. Ma fille est partie en réanimation et je m'inquiétait sans ressentir cette inquiétude. Je savais que je devais être inquiète mais je n'y arrivais pas... Ensuite on me la apporté et ... rien. J'avais un bébé dans les bras. J'étais fier de moi mais ... c'est   tout. 




Je ne comprend rien à cette expression. Qu'est-ce que ça veut dire? Moi je me suis sentit mère une nuit. Éloïse, devait avoir 2 mois. Je me suis levée et j'ai eu besoin de la prendre dans les bras. En un claquement de doigt, sans raison, Éloïse est devenue ma fille. Mais pour le reste, je n'ai jamais compris ni ses pleurs, ni ses demandes. J'avais notion qu'il fallait que je l'aime. Mais ça aussi ça vient avec le temps. Je n'ai pas aimé ma fille tout de suite. Pas de façon maternelle tout de suite. C'est plus dans la relation, dans la découverte d'elle que je me suis mise à l'aimer comme ma fille...  




Oui, j'ai changé. Être maman m'a stabilisé. En fait, c'est comme si c'était avant que ce n'était pas naturel. C'est très curieux car j'ai eu l'impression de me retrouver le jour où j'ai eu Éloïse.  Ce que je cherchais sans raison depuis ma naissance est devenu vrai. J'avais une place, une raison de vivre. Je ne me suis jamais sentie aussi vivante que dans la maternité. Pour moi ce sont des vertiges de bonheur...




Ce qui me manque le plus c'est de pouvoir se dire "tient allez je me fais un resto ce soir". Bah non. Même quand tu fais la fête, tu rentres tard avec une bonne cuite, Bah le lendemain faut quand même assurer... Parce que ma fille elle va devoir quand même manger, se laver... Il n'y a plus d'espace "à soi". Voilà, aujourd'hui, je suis à la maison mais Éloïse va quand même chez la nounou. Et je me refuse de culpabiliser parce que là, maintenant, c'est mon moment à moi... MON moment de liberté. Mes seules chances d'avoir des moments de liberté c'est celles-là...




Je m'en suis tenu des discours sur "il faut rester désirable!!!!" Et bah vas-y essais! 
1- Quand un mome t'as au choix (ou pas) vomi, craché, pisser dessus toute la journée
2- tu n'a plus une tune pour t'acheter de jlies frinues sexy
3- tu as pris 20 kg pendant ta grossesse
bah oui,c'est pas facile... Chez nous la sexualité est revenu très vite... mais sincèrement même un an après j'ai du mal à me sentir désirable parfois... Mais je viens de me racheter des fringues et ma mère m'offre du maquillage pour noël alors... rien n'est perdu!!!!  




ça commence, par quand on leur donne leur sein, le biberon, puis ils grandissent... il faut les occupé, jouer avec eux... Donc moi j'ai décidé de me choisir les moments de partage avec ma fille: le bain et le coucher. Le reste du temps, ma fille joue seule. Les nourrices en sont tout étonnées de sa capacité à s'occuper seule. Bien sure il y a des moments où je joue et où je câline mais le principe est simple... A moins qu'Éloïse me réclame à corps et à crie,  je ne crois  pas que se soit bon qu'elle sente que je me force. Donc c'est quand j'en ai envie!




Oui, c'est nul de cacher mon portable pour ne pas avoir à me battre avec elle pour ne pas qu'elle y touche, je la mets au lit au moment de mon émission préféré,  je la mets chez la nourrice, les jours de grève, je "goutte les bonnes purée faites maison... bah oui... je sais c'est pas bien. Mais ce n'est pas grave...


Peurs

Je crois que cette impression de ne pas pouvoir m'inquiéter à la naissance m'est restée. C'est à dire que j'ai tellement peur pour elle, que tous ces "possibles" m'effraient tellement que je ne les envisage pas. Et ça créé le paradoxe de ne pas avoir ce sentiment de peur.  Je ne peux imaginer la vie sans elle maintenant. Je ne peux imaginer que quelque chose de terrible va lui arriver. c'est de l'ordre de l'incapacité! Du coup je n'ai pas peur... Je sais que je devrais m'inquiéter pour elle mais je n'y arrive pas.  







Bah oui. La petite claque sur la couche ça m'est arrivé. J'ai honte, vraiment... Mais quand ça fait 5, 10 fois que tu lui dis "non, Éloïse tu lâche la guitare de ton père, tu ne montes pas dans les escaliers...". Il y a eu des moments où j'ai tapé. Pas fort mais suffisamment pour me calmer... Et elle? Bon bah elle a un peu pleurer, et puis après on s'est expliquées... Et elle a recommencé...






Tout le temps. Je trouve que je ne joue pas assez avec elle, que je ne lui donne jamais assez à manger, que je lui demande de se calquer sur mon mode de vie, quand je la laisse chez la nounou alors que je ne travail pas... Tout le temps. J'ai toujours l'impression de ne jamais faire ce qu'il faut; de faire assez.  je ne sais jamais si je lui donne les bons repères, les bonnes armes et ça, c'est épuisant...









ça! On t'en raconte des conneries... La vie de maman c'est compliqué! C'est merveilleux mais c'est compliqué. Je ne comprend pas pour quoi on continue de le maintenir parce que cette difficulté fait partie du jeu...  Sinon on en ferait pas deux ou trois! On n'a pas à se proclamer "mère parfaite". Tout le monde sait que c'est un mensonge. La bonne mère c'est celle qui est honnête avec elle-même: qui craque, qui pleure, qui n'en peut plus mais aussi qui rigole avec sa fille, qui prend du plaisirs à faire des choses avec elle. Finalement c'est toujours les autres qui vous culpabilisent... "Comment ça à un an elle ne marche pas?", "Vous n'êtes pas sortie du week-end???? Mais un enfant ça a besoin de prendre l'air!!!", "Tu bosses pas et tu la mets chez la nounou???". Et c'est là qu'on se dit que les autres sont parfaites et nous non. Mais je crois qu'en vrai: elles sont comme nous...






Bah oui!!! Un bébé c'est pour la vie... Tu fais le point sur ta vie, sur ce que tu es mais tu es responsable d'elle à vie... C'est une nouvelle vie qui s'ouvre à toi. Tout sera à jamais différent. Donc tu dois faire le deuil de ta vie d'avant. Et ça ce n'est pas toujours simple. Mais ta nouvelle vie... Putain ce qu'elle est belle!!!!!!!!!



Voilà, tout ce qui fait de moi une mère si imparfaite mais une mère quand même... Parce qu'étant une femme imparfaite, je suis forcément une mère imparfaite. Mais il y a très longtemps, une psy 'a dit. "un enfant ça a surtout besoin d'amour". Et pour ça je crois que je suis douée...