Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 10 mars 2011

La premiere poussette

Éloïse a deux jeux préférés: Donner à manger à sa poupée et pousser sa poussette. A 15 mois ma fille a un instinct maternelle hypra développé. Moi qui avait acheté une voiture (rose certes) , lui avait choisi comme parrain un concessionnaire automobile, une marraine féministe, et un père qui passe l'aspirateur, je me retrouve avec une Samantha Stevens sans pouvoir magique...

Donc comme j'écoute plus ma fille que mes convictions, j'ai trouvé hier, dans le bric à brac en face de mon boulot, une poussette à sa taille pour promener sa poupée. Et le top, c'est que c'est 8 euros....

Bon mes finances n'étant pas au beau fixe, ( je pense même que le nautilus vois plus souvent la surface de la mère que mon compte en banque voit le vert...) mais bon 8 euros, quoi...



En plus, je vais chercher Éloïse chez la nounou donc ce sera une super surprise. Je nous vois déjà l'uune à coté de l'autre , poussant chacune sa poussette, riant de nos démarche similaires (j'entends déjà la musique de la petite maison dans la prairie...la famille Ingals tout ça...nananananananana...)

Donc une fois Eloïse dans sa poussette et nous, dans la rue calme qui nous mène à la maison,je sors la dite poussette. Des étoiles apparaissent dans les yeux de ma fille.

Elle se précipite pour sortir de la grande poussette pour pousser la petite en se dandinant. Mais allez savoir pourquoi, pour la première fois en quatre ans, la rue Victor Hugo, ressemble plu au periphérique qu'à une rue calme de village.

Bon c'est pas grave Eloïse roulera sur le trottoir.

Rouler. C'est le mot. Parce que là de la famille Ingals et du générique de la petite maison dans la prairie on retiendra la petite dernière qui se casse la g*** à la fin du générique. Oui, au premier tour de roue, Eloïse culbute sur le trottoir, suivi d'un gros "boum" et d'un "ouin", sonore qui m'effraie.

Une consolation plus tard mon petit bout ne se décourage pas et repart sur la route de l'apprentissage. Eloïse s'arrête le temps que la dame range sa poubelle mais ne voit pas les bord du trottoir ce qui lui fait ressemblé à Brian Joubert aux jeux olympiques (4 chutes pendant son programme court).

Mauvaise mère mais pas maso, Eloïse retourne dans la grande poussette le temps de passer les passage difficile. Mais tétue, elle ne veut pas lâcher sa petite poussette qui roule et les voiture arrivent dans le sens inverse.

Entre notre sécurité et les rires de ma fille mon cœur balance. J'opte pour un accrochage de poussette sur la capotte et une petite fille qui hurle.

600 mètre et 65432.5621232653 cris plus tard, nous voilà devant chez nous. Il doit rester 10 mètres et je propose à Eloïse de les parcourir à pieds avec sa petite poussette.

Eloïse a bien compris "à pieds", mais la poussette n'avait plus grâce à ses yeux. La seule chose qui l'interessait était la porte du garage des voisin qui a tendance à s'ouvrir toutes les 10 minutes aux heures de pointes (heure à laquelle ma fille s'accrochait à la porte du garage électrique comme Michel Drucker s'accroche à son canapé rouge).

Donc, nouvelle course après Louloute pour éviter une nouvelle mort imminente

Après 45 minutes pour rentrer, j'ai hâte de voir ma fille jouer sereinement avec son nouveau jouet dans un lieu sur: ma maison.

Oui sauf que ma fille est intelligente et fine observatrice. Et elle a bien remarqué que sa grande poussette ne passe pas le pas de la porte. Donc voilà ma puce qui range soigneusement sa poussette auprès de la grande et rentre... Je lui propose de la rentrer mais Eloïse me répond "non" bien accompagner d'un signe de tête.

Je la vois alors rentrer, et la voilà qui se jette sur mon ordinateur portable... Bien sur... (le premier qui dit "comme maman" je lui fais bouffer des testiboules de mamouth jusqu'à ce que mort s'en suive)