Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 25 avril 2011

Alors c'était comment?


Ça y est on y est…. Là dans la ligne 9, je ne suis plus tout à fait sure de vouloir la faire cette émission…

« Boulogne »

Ok. J’y suis . Je ne vais pas reculer maintenant hein… (Même si l’idée me traverse fortement l’esprit)

Je suis scrupuleusement le plan qu’on m’a envoyé mais pas vraiment besoin, puisque sur ma gauche j’aperçois Thomas Chauvinau (L’Homme des maternelles) en train de discuter avec une jolie brune autour d’une salade.

Je rentre. Clémence, la journaliste qui m’a contactée pour participer à l’émission m’accueille dans un grand sourire. Elle est telle que je l’avais imaginée : Belle, jeune, 25 ans… Super gentille elle fait tout pour me mettre à l’aise… Sans succès. Des "qu’est ce que je fous là?" me traversent l’esprit mais je me suis engagée donc…

Elle me présente les deux mamans qui vont m’accompagner pendant la discution. Céline une jolie blonde version pile électrique et Stéphanie, la posée, accompagnée de ses deux petites blondes qui semblent sortir d’une pub Soupline tellement elles sont belles. Elles sont tellement sages que posées dans un magasin moi, je les achèterais bien…

Moi ? Je suis tendu comme un balais de chiotte et le café que me propose gentiment Clémence achève de me raidir…. Je vois passer en vrac, Elisabeth Tchoungi, Nathalie Lebreton, et Nadia Daam…

Aaaaaaah… Nadia. Je suis une inconditionnelle des mauvaises mères et des mères indignes… Me voilà devant elle à murmurer un « bonjour » qui ressemble plus à un rot qu’autre chose (Si je suis comme ça devant Nadia Daam, pourvu que je ne croise jamais la route de Woody Allen…).
J’ai acheté mère indigne et j’avais dans la tête de me le faire dédicacé, je n’ai même pas ce courage là… j’arrive quand même à caser que j’écris moi aussi un blog et que j’écris pour Ma vie en mieux. Elle me promet d’aller voir mon blog… c’est toujours ça de prit…

Très vite on m’appelle en loge maquillage. La coiffeuse me prend en charge. Elle me félicite pour ma coiffure (qu’elle se dépêche de défaire) et on discute de tout et de rien. On dirait que la gentillesse ici est diffusée en intra veineuse. Cette fille parait d’un décontracté et est d’une coolitude qui m’impressionne. En moins de dix minutes elle transforme ma crinière indomptable en pub pour l’oréal… Un miracle !
Je suis détendue quand soudain, Nathalie Lebreton vient me dire « bonjour ».

« on se connaît ! » me lance t-elle.

Grand moment de solitude. Moi ? Je connais Nathalie Lebreton et je ne le sais même pas. Et tout à coup ça s’illumine en moi : Nathalie c'est une amie facebook. L’endroit où l’on connaît tout le monde et personne en même temps.
Nathalie est inscrite sur la page de la nouvelle Éloïse et, par conséquent, est régulièrement inondée de nos discussions à la con où, le mot le plus utilisé est « mojitos » et et les blagues de cul sont légion.

La Honte.

Déjà je viens à la télé pour m’afficher en tant que « mère la plus pourrite de la terre » mais en plus, l’animatrice principale me connaît sous le titre d’alcoolique (pas anonyme du tout) de l’année. Super.

Je m’excuse en lui disant qu’elle a le droit de se désinscrire de la page si elle veut (Saint Jean Claude Bourret, faites qu’elle le veuille…)

« Ah bah non vous me faites bien rire »

Saint Jean-Claude Bourret, rendors toi c’était une fausse alerte. Je te garde Nathalie dans mes contact…

Je poursuis au maquillage où la gentille dame, utilise son flacon (entier) d’anti-cerne pour faire disparaître les cernes su'Eloïse m’a gentiment offertes cette nuit.

Elle me parle des terreurs nocturnes de son propre fils et me conseil d’aller voir quelqu’un. Même dans les coulisses des maternelles, on vous donne des conseils…

Maintenant que je suis un croisement entre Sandra Bullock ascendant Josiane Balasko, j’ai rendez-vous avec Nathalie qui m’explique le déroulement de l’émission. Je suis étonnée par la gentillesse incroyable de cette femme qui est proportionnel à mon stress… Tout ce que je sors me parait plat et très con… En sortant de sa loge je guette quand même voir si il y a pas moyen de s’échapper sans que personne me repère mais les mamans qui vont témoignées avec moi m’accueille dans le sourire et la bonne humeur… heureusement qu’elles sont là parce que sinon je pense que je ne serait, moi, plus là…

Je me reconnais pas mal en Céline ( enfin quand je suis dans mon état normale), drôle, lumineuse, rigolote, un bon mot à chaque fin de phrase, on dirait qu’elle a fait ça toute sa vie…

Stéphanie est plus réservée mais pas moins détendue… Elle est d’une patience d’ange avec ses filles et tout ce qui l’entoure… Dingue. Je me demande comment elle font parce que moi j’ai le ventre qui gargouille et le collant qui tremble plus qu’un trajet Melun-Montereau en train (seuls ceux qui ont déjà emprunter cette ligne peuvent comprendre l’intensité de ces tremblements). Je n’ai pas trop le temps de me poser des questions puisque on va déjà en plateau.. Dernier réglage : l’émission commence.

Ça commence bien puisque Nadia et Elisabeth, s’inscrivent d’emblée dans la case « moi aussi ça me gonfle… ». Je me sens moins seule. Mais pas pour longtemps.

Nathalie souligne qu’elle me voit souvent sur facebook (oui, elle sait je suis active sur ma page… même très tard le soir… ). Je me justifie comme je peux, mais comment expliquer que dans mon village perdu, je me sens seule, mes amies habitent loin, et mes copinautes sont mes seules interlocutrices adultes à me parler d’autres chose que du boulot ou d’Eloïse…

J’avoue être un peu touchée par ces remarques mais même ceux qui me connaissent bien ne se doute pas de cette solitude, alors comment pourrait elle le deviner ?

La discussion et l’émission passent vite et je saisie chez la psychologue des réponses et des conseils qui réveillent en moi des questionnements que je ne cesse d’endormir depuis quelques temps…

L’émission terminée, tout le monde s’envole. Nadia, vient me conseiller un site pour les tous petits. Vraiment gentil. J’ai envie de lui dire pleins de choses, combien son livre écrit avec Emma Defaus et Johanna Sabroux) m’ont réconcilié avec la mère que j’étais et sans doute bien des désagréments . Ces témoignages ont été une vraie thérapie par la rigolade… Bref. Encore une fois je reste muette la remerciant. Ma voisine me pose une question je répond et quand je me retourne, Nadia s’est déjà envolée… En plus j’ai due passer pour une sagouin…

Elisabeth, discute encore un peu avec nous…Je la trouve très engagée dans son émissions et les missions qu’elle se donne (aider sans juger) paraissent soudainement très proche de mes convictions dans mon propre boulot. Moi qui pensais que les présentateurs choisissaient les émissions non pas par intérêt mais par confort, me voilà prise dans mes préjugés à deux balles et toute étonné devant cette femme compétente, et persuadée de l’intérêt de son travail. Ce en quoi elle a raison, Les maternelles devrait avoir des petits dans chaque PMI de nos villes…

Nous nous séparons là. Elisabeth m’indique les toilettes et s’envole à son tour (heureusement parce que si elle m’avait accompagné, j’aurais quand même trouver ça bizarre)…

Je récupère les adresse de mes collègues d’un jour et je file.

Une fois dehors je n’ai qu’une envie, retrouver ma maison, ma fille, mon chez moi. Je suis ravie des pistes abordées mais je m’en veux de ne pas en avoir plus profité. Mes copines bossent à cette heure, personne avec qui partagé ça…

Arrivée à la maison, je retrouve ma fille. Je repense à ce que m’a dit la professionnelle pendant l’émission et laisse l’ordinateur de coté… « Tout est jeu » alors allons y. le maître mot ed la soirée est "prout" et les comptines vont bon train, je me surprend même à me laisser enfermer dans la chambre de ma fille pendant qu’elle hurle de rire. Trop bon…

Bizarrement (ou pas) , la poupée a ce soir goûter au fond du bac à jouer : Eloïse ne l'a pas réclamée

Pendant le bain, je branche « poisson rouge » que Nadia m’a conseillée et Eloise reste baba devant les petits personnages qui chantent (faux certes) frères Jacques. Le miracle opère : Eloise se laisse laver et ne dit plus rien. Pas de hurlement ce soir au contact du bain (là sincèrement j’ai vu nadia dans le costume de superman tellement j’étais heureuse…) J’éssais bien ensuite, de lui montrer le principe de l’interactivité mais elle s’obstine à dire « allo » dans la souris…Bon pour le principe de la souris on repassera...

En fait, voilà, j'avais toutes les cartes en main et cette saine discussion m'a remis les idées au claires... Alors on dit quoi?


Merci les maternelles...