Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 9 juin 2011

Lettre au ministre de la santé

Nora Berra, secrétaire d'etat à la santé
Ce soir, j'ai écrit une lettre au ministre de la santé. Une lettre de colère... Je vous la livre. La lettre sera envoyé à la première heure de main matin, dans le même temps j'enverrais une lettre à Act'up, en espérant faire bouger les choses...

"Madame, Monsieur

Je suis actuellement éducatrice spécialisée depuis bientôt 3 ans dans une structure d'accueil de jour. J'ai à ma charge, conjointement avec 6 collègues la responsabilité de 21 adultes handicapés nentaux, âgés de 20 à 49 ans, avec troubles associés du comportement.

Depuis 18 mois, suite à des "rencontres amoureuses" de certains de nos accueillis, nous tentons de mettre en place un information autour de la sexualité et la protection.

Malgré une vigilance parfois excessive de nos supérieur, une crainte des familles, nous avons, tant bien que mal, réussi à répondre à leur questions autour de l'amour et des relations sexuelles.

Venant à bout de nos compétences, nous avions choisis de nous tourner vers un personnel plus compétant afin de prévenir et protéger au mieux le public accueilli dans notre structure.

Dans le même temps, nous apprenions que la population la plus touchée ces derniers mois par la maladie était, justement celle du handicap mental.

Nous avons donc cherché des personnes, médecins, personnels médicaux, psychologue... formés pour parler dans les bons termes à nos jeunes.

Pendant 12 mois, j'ai cherché. Je n'ai trouvé personne: pas d'association, pas de médecin formé, ...

De guerre las, je me suis tourné vers le planning familial de la commune où je travaille. L'équipe tente comme elle le peut de trouver une solution pour nous aider, mais leurs missions étant si éloignée des nôtres, la positions de notre direction et le manque de connaissance de la population accueillie fait qu'aujourd'hui, il me semble que ce projet est fortement compromis.

Aujourd'hui, concrètement nous soupçonnons un cas de séropositivité parmi les personnes accueillies. Nous ne sommes pas en droit de demander une prise de sang, refusée par la famille, et nous ne sommes pas en mesure de lui donner les informations adéquates.

Nos savons aussi qu'elle a des relations sexuelles régulières avec son ami à l’extérieur de notre établissement.

Devant cet état de fait, nous sommes forcés de nous positionner comme des travailleurs muets face aux dangers de morts que courent nos résidents. Nous sommes aujourd'hui coupables de non assistance à personnes en dangers et impuissant face à ces risques.

Mr le ministre, Mme la secrétaire d'Etat, je vous questionne à ce jour sur les mesures à prendre face à ce fléau. Quelle proposition, quelles réponses m'offrez vous pour ne pas laisser à la marge de la socité publique cette population, trop souvent laissée pour compte?

En attendant un réponse de votre part, Je vous prie d'agréer...."

Je vous propose pour la première fois de faire tourner cette lettre au maximum sur toutes les pages, tous les blogs afin d'alerter journalistes et population sur la réalité et le danger de cette cause. Plus nous ferons de bruit, plus nous serons entendus, plus nous sauverons de vie...