Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 27 octobre 2011

A celui qui tape "femme chaude de cul" dans google ...

.... et qui arrive sur mon blog, comme je suis une gentille fille je vais te faire un billet tout spécial. Et pour tous les autres (qui ont tapé "baiser la mère de son meilleur copain", "salope qui porte pas de culotte" ou en encore "j'ai pris ma copine par derrière"),  aussi, parce que bon, comme tu peux le voir t'es pas le premier à taper ce genre de chose et à penser que mon blog est consacrée à raconté ma vie sexuelle.

Donc voilà. Je ne vais pas faire un billet de cul, parce que ce n'est pas mon truc, et que j'ai des lectrices quand même qui cherchent à se divertir, (n'est-ce pas) via mon blog après une dure et longue journée de travail. Il faut quand même que je satisfasse tout le monde.

Donc je vais vous raconter mes derniers jours qui m'ont semblé  être un bordel sans nom digne de l'état de ma salle à manger dans ses meilleurs jours (c'est à dire en ce moment et depuis 15 jours).

Donc vous le savez, nous sommes allé voir Oui-Oui malgré les 38.5 de temp' de la crevette. Grave erreur dès le lendemain, le thermomètre enfoncé dans le petit cul de ma fille nous indique un 39. 3 qui persiste et qui signe.

Mardi, 7h, ma fille est chaude comme la braise. Je prend sa température: 39.5 (en vrai c'est chéri qui prend les devants: je déteste faire ça. Mais bon, faut bien se donner le beau rôle... Et puis chéri est une bête, il assure coté thermomètre)

Donc nous voilà avec une crevette qui a la fièvre et moi une réunion que j'attends depuis près de 6 mois... grand débat, à savoir qui aura le dessus, à savoir, qui va rester à la maison pour amener la petite chez le médecin. Manque de cul, c'est moi la salariée, c'est moi qui ai les congés "enfant-maladie". Et il m'en reste un....

Donc me voilà attachée au téléphone, à tenter de chopper un rendez-vous avec le docteur çavapasser, avant 16h. Bingo! J'ai un RDV à 18h45.

Aussi excitée qu'une moule devant son plat de frite, je me prépare à passer la journée avec une enfant de 2 ans malade et fiévreuse. Youpi. A cet instant là, je ressemble à peur près à ça:





En moins souriant. Et je ne suis pas déçue.

Éloïse hurle, rale, pleure pendant un peu près deux heures. Elle a une endurance a tout épreuve  dans le cri et je fatigue vite. N'en pouvant plus, je fini par la coucher. Elle s'endort. Je ne boude pas mon plaisirs. Je profite de ces instants pour m'adonner à mes plaisirs solitaires: je vois enfin les séries que je n'ai pas eu le temps de regarder ces derniers temps et j'écris quelques posts pour mon blog...

Mais mon bonheur est de courte durée. A son réveil, Éloïse est en forme. Elle refuse d'avaler quoique ce soit, quelques boules de raisin trouvent grâce à ses yeux mais à part ça... rien, rien, rien, ne passera au travers de sa bouche. Je cède à ses avances: elle ne mangera rien d'autre.
A 18h30, je prépare ma fille pour le médecin. Bien évidement il pleut à torrent. Je protège ma fille des grosse goutte en ressortant l'imperméable qui dormait dans le placard depuis l'année dernière. Elle monte dans la poussette et tire elle-même la capote de la mac Laren sur sa tête.

Nous descendons la rue, en slalomant entre les goutes et les bites qui jonchent le trottoir de mon village. Je monte et descends sur la chaussée, et comme la pluie s'intensifie bien évidement, j'arrive toute mouillée chez le médecin. 

Et bien évidemment, le médecin a du retard. 

La crevette joue avec les jouets pleins de microbes de la salle d'entente et enfonce avec succès les pièce de bois à la bonne place (ma fille est une flèche). Quand enfin à 19h15, le médecin nous a pris  toutes les deux dans son cabinet, Éloïse s'est mise à pleurer. Et elle n'a pas cessé jusqu'à ce qu'on sorte de là. 

Verdict: Une bonne bronchite à soigner avec des antibios (dont la performante josacine, qui me fait toujours pensé à cet horrible faits divers...) et des suppos à lui enfoncer dans les fesses deux fois par jour
Éloïse refuse d'avaler la josacine mais parait conciliante avec les suppos ce qui ne fait qu'un medoc sur deux difficiles a administrer.

Je tiens à vous rassurer, tout est rentrer dans l'ordre!!! La crevette va beaucoup mieux, la fièvre est tomber (en même temps que mon inquiétude) et elle pourra retourner dès demain retrouver la MAM et ses copains.

Il me reste à prier tous les seins... euh...tous les saints (veuillez excusez mon orthographes) du monde pour que les maladies oublient ma fille pendant longtemps... 

Moi je vous laisse, je vais m'allonger lascivement dans mon lit, je pense  même que je vais terminer les bonbons gagnés récemment en les suçant longuement tout en regardant Master chef avant de m'endormir d'épuisement... La vie de maman n'est pas toujours de tout repos....

Et je tiens à  remercier DarkGally pour cet excellent commentaire: "je crois que cet article restera dans les mémoires tant il est énorme !"