Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

dimanche 23 octobre 2011

Comment j'ai failli tuer Oui-Oui au palais des congrès: le voyage aller

Ma mère a gentiment offert une place pour aller voir "l'anniversaire de Oui-Oui" au palais des congrès.

Déjà, je m'en suis souvenu hier, à 22h, ça commençait mal. Il a fallu rechercher les places dans le marasme qui nous sert de salon.

"Qu'est-ce tu cherches? me demande chéri
- Les places de OUI-OUI
- Ah bah ça je sais pas...

Le fait qu'il ne se lève pas pour venir m'aider, qu'il m'engueule pour le bazar sur le bahut du salon et qu'il ponctue par "t'as qu'a ranger un peu", fini de m'achever et déclenche une engueulade.

Entre un papier de bonbons et le papier des impots, je retrouve mes places que je mets sur la cheminé.

La nuit passe
A 8h45, je suis réveillée par les cris éraillée de la crevette.

Bingo, 38,7 de fièvre. Doliprane et choix de ce qu'elle veut manger, et ça marche. Je regarde les horaires, 12h26 j'ai un train.

Chéri m’emmène. J'ai amené des chips, des sandwichs, de la compote du fromage, Eloïse pourra choisir. je vais chercher un ticket.

Essai 1:

Je tente la machine n°1. Elle ne prend pas la carte bleu.

Essai 2: 

Je fais la queue dans la fil pour la caisse. Au moment où c'est mon tour, le monsieur de la caisse me dit:
"Désolé je ferme. Allez chercher un ticket à la machine.
- Mais elle ne prend pas les cartes bleues
- Il y en a une sur le quai.

Essai 3:

Je trouve la machine. Elle en marche pas. Je m'énerve, croise une contrôleuse.

"Faut attendre que mon collègue revienne au guichet
- Mon train arrive dans 5 minutes
- Bah il revient après le départ du train pour Paris
- Oui mais je dois le prendre
- Bah vous prendrez le suivant...
- Mais je dois être à Paris à 14h!
- Bah vous allez sur l'autre quai pour payer à l'autre machine
- Mais enfin j'ai une poussette! je peux pas prendre les escaliers!
- Bah vous attendez mon collègue alors.
- Mais enfin, vous voyez bien que y aquelque chose qui ne fonctionne pas là...
- Oui et non....

Bon. soit je lui balance ma poussette en pleine gueule, soit je prend mon train sans ticket. J'opte pour la 2nde option: la poussette n'est pas a moi. Je m'assure que le type qui a assister à la scène sera là pour témoigner et je monte.

Évidemment pas de contrôle...





Dans le train Éloïse en met partout, ne veut que des chips et s'en fout dans l’œil. 
Un œil perdu, un soin pour stopper les pleurs et un câlin plus tard nous voilà à Paris. 
Je dois prendre la ligne 1, c'est direct. Sauf que pour atteindre le train il doit y avoir 3215874231588695421222564123 marches. Et évidemment comme le train arrive, pas une âme charitable pour m'aider. Tant pis je pousse la poussette marche par marche et je grille le connard qui n'a pas voulu m'aider pour monter dans le train. J'avoue que j'éprouve un certain plaisirs quand je l’entends pester  devant les porte qui se ferme et qu'il ne peut pas rentrer parce que j'ai bloqué l'espace devant la porte avec ma poussette.

Toujours se méfier des femmes avec les poussettes. 

Le train est bondé d'enfant avec des sac à dos Oui-Oui, ce qui fait que les coup de pieds d'Eloïse dans les jambes des gens passent plutôt bien. Ma honte moins bien. 

Porte Maillot. Je pousse ma poussette dans les escaliers. Toujours pas d'âme charitable. Bah non. Ils ont déjà leurs mômes de 5 ans dans les bras,... peuvent pas m'aider....

J'entre dans le centre commerciale. Je ne trouve pas. Une dame fini par me renseigner. Je trouve une queue de 50 mètres de longs. Les gens se battent pour passer devant moi. Vu qu'on a des places numérotées je comprend pas bien la guerre, donc je laisse passer. 

Une dame me demande si elle peut se mettre à coté de moi car elle a une poussette elle aussi et qu'elle ne sait pas si elle a un vestiaire. Je lui répond "bien sur." Mais la dame à coté d’Éloïse me jette un regard qui semble me dire 

"Je te prévient si tu laisses passer une autre poussette je te fait bouffer vive par Oui-Oui ... Dans le pays des jouets personnes ne te retrouvera"

Je dis rien et avance tête baissée. Au moment où j'arrive en haut de escalier (Mclaren et et Éloïse dans les bras) , un type de la sécurité me fait passer devant tout le monde. Je n'ose pas croiser le regard de la sœur de Guy Georges.. . Les autres patientent derrière la porte.

A nouveau des escaliers . Trois marches. J'attends. Toujours la McLaren et Eloïse dedans. Trois marches. J'attends. Mon dos est en train de mourir. J'arrive à la dernière marche 

"Vous voulez que je vous aide? me demande le vigile

- Euh... bah la je suis arrivée.

J'arrive au vestiaire. Il y a une dame devant moi. je file ma poussette. Je demande à la fille

"Euh... vous pourriez m’indiquer si je suis paires ou impaires... 
- Je suis au vestiaire moi, pas à l'accueille. 3 euros s'il vous plait.

Ok. Ça c'est fait. je me dirige vers une porte. On me laisse passer. Une très gentille dame blonde m'indique ma place en souriant à Éloïse. Je lui tends une pièce de 2 euros qu'elle refuse. Je m'assois, le spectacle commence. Je pleure de fatigue.