Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mercredi 19 octobre 2011

Pourquoi je ne parlerais plus de mon allaitement

Hier je lisais cet article très intéressant de maman Juju a la maison qui parle très bien de son obligation puis de son choix de nourrir ses enfants au biberon, de ses regrets mais aussi de la complicité qu'elle a lié avec ses enfants "malgré ça".

Je n'ai pas réussi à lui laissé de message et je trouvais que ça valait bien un post.

Donc j'en ai déjà parler ici, j'ai raconté ma grossesse, mon accouchement et mes choix en tant que mère. Mais j'ai pris la décision de ne plus dire ce que moi, j'avais fait, de mon histoire avec l'allaitement, au sein ou au biberon.

Comme je l'ai expliqué l'autre jour dans ce post, je reste persuadé que la décision que l'on prend d'être fusionnelle ou pas , proximale ou non, sein ou pas, dépend beaucoup de son histoire personnel.

Je trouve très bien qu'il existe une semaine de l'allaitement. Il est en effet important que les mères soient informés des avantages de l'allaitement au sein (d'ailleurs ça devrait être tout le temps non?). 
Je regrette par contre que le même travail ne soit pas mené autour du biberon. Parce que pour le coup, quand on a fait ce choix, quand on est obligé, ou quand on sèvre son enfant, on n'a pas d'autres indications que ce qu'offre la boite, et je retrouve beaucoup de mamans qui pose des questions sur cette façon de nourrir son enfant sans jamais trouver de réponse.

J'avoue que je suis agacée quand on essais de persuader les nouvelles maman de donner le sein, de persister même si elles ont mal, même si elles en ont marre,  d'être sourd à certaines souffrances sous prétexte "qu'il faut"... Je ne comprend pas et je crois que je ne comprendrais jamais celles et ceux qui essaient de te persuader que leurs choix sont les meilleurs, sans tenir compte de ton histoire, de ta relation à ton enfant, de ton rapport à la douleurs ou au corps...

Et je terminerais sur cette merveilleuse phrase de maman travaille: "ce n'est pas parce qu'on est pour l'avortement, qu'on est contre les enfants.  De la même manière ce n'est pas parce qu'on est pour le biberon, qu'on est contre l'allaitement au sein"

Bref. La liberté de penser et de choisir, on n'a encore rien inventé de mieux...