Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 13 octobre 2011

Un peu de recul et un grand merci

Suite à mes problèmes facebookien, d'il y a deux jours, une Ola de soutien s'est élevé un peu partout sur la toile et cela m'a profondément émue.

Donc je voulais vous remercier par ce petit post pour tous vos messages et en particuliers les bloggeuses qui ont écrit un petit post à ce sujet: DarkGally, Lilly2b, Catwoman, Mademoiselle Capucine., La mère Cane, Marilou... J’espère que je n'en ai pas oublié parce que vous avez été nombreuses.

Je vous invite à lire ces excellents articles (si ce n'est pas déjà fait), parce qu'ils m'ont beaucoup ému ainsi que celui de mère Bordel qui n'a rien à voir avec mon article mais qui y fait résonance.


Maintenant, je risque de crever la courbe ascendante de mon flux RSS, mais tant pis, je voulais vous dire ceci:

Prenons du recul.

Non mais c'est vrai, on ne parle que d'écharpe de portage, de couche lavable, de garde et de cododo. On n'est pas non plus en train de décider de l'avenir de la Sierra Léone ou de la Somalie...

Nos enfants sont, c'est sur, ce qu'il y a de plus important pour nous, mais pas parce qu'ils prennent le biberon hein! Bien parce qu'on les aime et qu'on les élève tous les jours avec tout l'amour de parents qu'on peut leur donner.

Qu'on se questionne sur notre façon de faire, qu'on cherche des réponses, et à se soutenir ok. Mais que l'on fasse une affaire d'état d'un bout de sein tété ou pas, ça me fout les jetons....

Il y a un moment où, je crois, il faut replacer les choses à leurs places... On est des mères. Mais pas que... comme dirait l'autre. Et je crois qu'il y a d'autres sujets, plus important pour développer son énergies. Et il y a un moment où faut arrêter de s'auto-flageller  avec nos soutien-gorges d'allaitement et partir en guerre contre la pauvreté, la maladie, et les difficulté (les vraies!) qu'ont certaines mères pour élever leurs enfants (argents, solitudes, handicaps, dépressions...).

Parce qu'il ne faut pas rêver: si on se démerde pas toute seule, personne viendra nous aider (les maternelles? oui, si, un peu, d'accord). Donc, après la libération de la femme, j'appelle à la libération de la mère!

Allez brulons nos soutien gorge d'allaitement et promulguons la pensée libre entre les mères, et surtout, surtout, on va faire un tour chez la voisine. Et avant de lui dire "moi, je n'aurais pas fait comme ça...", on lui demande; "Tu as besoin d'aide?"