Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

dimanche 20 novembre 2011

Mon fils est un assassin

Je ne vais pas revenir sur cette affreuse histoire qui alimente le 20h ce soir car je n'ai rien à dire sur le sujet, qui n'a déjà été dit. C'est quelque chose d'affreux, qui fait froid dans le dos, et on ne peut s'empêcher de dire "et si c'était moi? Si c'était ma fille...."

C'est là que ça m'embête, et c'est là qu'il y a un couac. Parce que là où les politiques récupèrent ce fait divers pour grappiller quelques voix bien utiles en temps de campagne, et remettent sur le tapis les questions de la peine de mort ou du mauvais boulot fait par la justice (bah oui il faut bien trouver un coupable), moi je me pose la question de savoir "et si c'était mon fils qui avait fait ça? Si j'étais du coté du coupable?"

Je suis toujours surprise de voir que dans ce genre d'histoire, on se positionne toujours du coté de la victime. Jamais du coupable.

Je me souviens de cette amie il y a quelques année, dont le frère, adolescent avait tué un homme. Je ne raconterais pas ici les circonstances, mais j'avais soudainement réalisé, que, un tueur a une famille. Et que cette famille peut être tout à fait humaine, aimante et cadrante. La folie malheureusement n'épargne personne. Le crime non plus.

J'essaie ce soir de ne pas me laisser emporter par le matraquage médiatique. Je n'ose imaginer les dernière minute des cette très jeune fille. Je regarde ce qu'elle aurait pu devenir et je suis horrifier par ce que je vois. Je pense à ces parents, qui doivent être terrasser par le chagrin.

Mais je pense aussi à cette famille, à ces parents, qui doivent se demander ce qu'ils ont louper. Alors qu'ils n'ont peut être rien louper. Que cet enfant était comme ça, malade et qu'ils n'ont rien pu y faire. A la souffrance et la culpabilité de cette mère. Parce que je suis mère. parce que là aussi ça aurait pu être moi.

Et j'espère, je prie ce soir, que ma fille ne soit jamais ni dans un camp ni dans l'autre. Qu'elle ne soit ni victime, ni coupable. Parce que rien ne nous protège d'être la mère de l'un ou de l'autre.
  
 
Un livre que j'ai découvert grâce à la mère cane qui a fait un bien meilleur papier que moi...