Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

vendredi 30 décembre 2011

Monsieur Papa

C'est un titre bizarre quand on sait que je vais parler de chéri dans ce billet.

Attendez trois secondes tzzzzzzzzzzzzzz.... Oui voilà je rembobine le film, pour tout vous raconter... Installez vous bien parce que notre histoire, il pourrait la jouer à Hollywood, tellement que c'est beau a en faire pleurer des larmes dans vos yeux comme si vous étiez de corvée d'oignon depuis trois semaines.

On s'est rencontré par meetic, un soir de beuverie chacun de notre coté. Son compte expirait dans 3 jours, un dernier tour et puis s'en va. Moi, ma copine avait décidé de me caser, elle créé le mien.

A 5h du matin, nous nous rencontrions place de la Bastille pour un petit déjeuner, une semaine plus tard il m'avouait au milieu de la forêt qu'il avait l'impression que tout était simple avec moi.

Mais si les films d'Hollywood était tous comme ça, ça se saurait, et on ferait des courts metrages sans aucun intérêt. 

Un jour, comme tout couple qui se construit, nous parlons "enfant".
Le couperet tombe, c'est indiscutable, pas négociable, pas d'enfant!
J'ai 28 ans. Je suis d'une nature têtue et optimiste je me dis qu'il changera d'avis ou que le moment venue nous nous séparerons.

Et la nature s'en mêle. Un visite de contrôle chez le gyneco qui m'annonce une tumeur bénigne. On ne l'enlève pas mais vue son expansion, les chances de tomber enceinte sont mince et si d'ici 5 ans je n'ai pas d'enfants, elle deviendront minimes.

Je me met dans la tête que je n'aurais pas d'enfant, et dans mon coin prépare ma rupture avec chéri et un tour du monde. Je prends la pilule quand j'y pense. Pour ce que ça sert...
Mes 30 ans passent. Je vois chéri se démené comme un diable pour me faire un anniversaire de malade. Je vois bien que je vais avoir besoin de temps pour le quitter.

Au 29 décembre, je me donne 200 jours pour me décider.

Tout se complique. Je n'ai jamais le même avis. 
Début mars, j'ai du retard. Je me voile la face. Seule ma copine Lau, me force presque à pisser sur le test de grossesse. 
Positif. Je n'y crois pas.

Chéri n'en veut pas, il tourne comme un lion en cage, hurle menace de me quitter. Contre vents et marée je tiens bon et j'ai raison. Chéri décide de rester.

Chéri est devenu papa, au fil du temps.
Je le revois franchir la porte de la chambre de préparation, pour m'apporter Eloïse, et la poser dans mes bras.

Il s'est inquiété de son état préoccupant, la veiller, n'a pas dormi certaine nuit parce qu'elle semblait mal respirer ou avoir le nez bouché.

Quand j'étais épuisée par mon allaitement ou par rythmes irréguliers imposés par ma fille il la prenait et me disait "va dormir, je m'en occupe", alors qu'il travaillait la journée.

Il rangeait, nettoyait la maison, pour que mes mains soient libres pour Eloïse. Puis, au fur et à mesure du temps, ses gestes vis à vis du tout petit bébé qui était rentré dans notre vie, se sont assurés et il a commencé à changé des couches, à l'habiller, à rire et à jouer avec elle.
Tous les deux m'épatent dans leur relation. Il lui joue de la guitare, lui montre des vidéo d'enfant jouant eux aussi, elle lui réclame Serge Gainsbourg ou la BO de The Full Monty. 

En deux ans, chéri est devenu un père formidable et presque parfait et je ne regrette pas mon choix de l'avoir choisi comme père même si il y a eu des moments difficiles et qu'aujourd'hui la question d'un deuxième est une question délicate.

J'aime cet homme qui est aller au bout de MON projet par amour pour moi, qui m'a fait le plus beau des cadeaux et qui en plus l'assume comme beaucoup de père "désirant", ne le font pas forcément...