Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 1 mars 2012

La femme qui voulait vivre sa vie

Remonter la pente. Remonter la pente. Remonter la pente...

Me répéter ça comme une litanie. Pour elle. Pour moi.

Commencer par sourire aux autres. A force de répondre "ça va", on fini par y croire.

Ne pas oublier les petites pilules. Plus de hauts, plus de bas mais surtout plus de bas.

Réussir à se créer de petits rituels. Surtout avec Éloïse. Lire l'histoire de Maminou chaque soir. Se faire des guillis, chanter ensemble "Cécile", et sourire devant elle, lui rappeler que je l'aime, faire des câlins, ne plus crier, admettre qu'on est malade, que ce n'est pas de notre faute, qu'on n'est pas coupable.

Être maman et être dépressive. Deux états, apprendre à être le premier et accepter d'être le second pour mieux s'en défaire. Mettre des mots sur mes états, sur mes états d'âmes. Ne rien lui faire sentir, la protéger de cette tornade.

Ma dépression n'est pas une dépression du post-partum. Elle n'est pas cette dépression moderne . Ma dépression est d'une banalité sans nom. On l'attrape comme on attrape une angine. Tu te lèves un matin et elle est là, t'habite, se loge en toi. 

Parfois, ma petite fille m'a encombrée. C'est choquant d'écrire ça. Mais il y a quelques temps ma petite fille m'encombrait. Ma tristesse prenait trop de place et je n'avais plus de place pour elle. Comprendre, et me soigner me rapproche d'elle. 

J'entends ses rires qui me fond du bien. Je la vois grandir et j'ai l'impression d'avoir louper du temps, des changements. Elle ne m'a pas attendue pour apprendre et grandir. Je me dis pour me rassurer "tant mieux, c'est que j'ai réussi à la protéger un petit peu..."

Je ne me fais pas d'illusion, je ne suis qu'en bas de la montagne et la route est longue avant d'aller mieux, avant de m'en sortir. Mais j'ai la volonté et la meilleure raison de me battre: Éloïse.