Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

dimanche 29 avril 2012

Mon pavé dans la marre: de la lâcheté quotidienne à la lâcheté tout court

Le lundi c'est le pavé de la Mère Cane.



Mercredi 19 avril, 17h00. Je sors de la gare, les écouteurs sur les oreilles, quand soudain j'assiste à une scène hallucinante. Un véhicule entre dans un autre. Le conducteur a visiblement bu autre chose que de la grenadine, il sort, arrache sa plaque d'immatriculation, son pare-choc, et se barre.

C'est la sortie du train. Il y a du monde sur la place.  Tout le monde a vu ce qu'il s'est passé, tout le monde s'arrête. L'homme au volant est blessé, je m'approche, je lui propose d'appelé les pompiers. Il veut que j'appelle les flics d'abord.

Je relève la tête nous ne sommes plus que trois. Un SDF, moi et un monsieur qui a noté la plaque. J'appelle les flics, je donne la description, il n'y a plus personne. Je suis la seule, sous la pluie, a attendre les pompiers pour être sure que ce monsieur n'a rien de grave, pour pouvoir témoigner contre un homme dangereux, qui aurait pu tuer quelqu'un.

A coté de ça, le front national augmente, les dénonciations au fisc s’amoncellent, les gens sont de plus en plus pour la réhabilitation de la peine de mort...

Mais quand il s'agit de prendre ses responsabilités, il n'y a plus personne.

Je suis loin d'être exemplaire... Nous avons tous nos moments de lâcheté, d'égoïsme. Personne ne peut se qualifier "d'honnêteté absolue", d'une droiture sans revers...


La lâcheté quotidienne est le lot de tous. Un petit mensonge pour ne pas blesser sa copine, un évitement pour ne pas avoir à s'engueuler avec chéri...Sans vouloir rentrer dans le monde des bisounours, on a le droit d'essayer de rendre la vie plus douce, plus vivable.

Mais dès l'instant où cette lâcheté met en danger l'autre, où elle est caché par des excuses bidons ("il pleut, je ne peut pas rester", "vous êtes là, ils n'ont pas besoin de moi")... Elle devient un poison pour notre société...

Parce qu'on a tous peur de l'autre, de ses mensonges, de ses dérives, de sa lâcheté. On est tous à montrer du doigt, celui-là, là, qui a tué, frappé, violé.  Mais combien sommes nous, à nous inquiéter de cette voisine qui a trop souvent des bleues sur le visage, de cet enfant à l'école turbulent et impolie sans se demander "mais pourquoi cet enfant est ainsi?", ...

J'ai trouvé cette citation qui m'a beaucoup inspiré pour ce billet... Méditez la bien, elle a beaucoup de bon sens...

« La lâcheté tend à projeter sur les autres la responsabilité qu’on refuse. »

de Julio Cortazar [+]