Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mardi 1 mai 2012

Le bout du tunnel

J'ai changé.

Entre la Mowgouaille du début du blog,  et aujourd'hui, il y a un trou noir.

Je sais que j'en ai beaucoup parlé ici, la vague, la dépression,...

Je sais que certains ont pensé que c'était de l'étalage publique, de l'hystérie. Moi, je sais que j'ai eu besoin de ce partage pour remonter la pente. 

Pour moi, montrer sa plaie au monde, c'est avoir la chance de trouver des gens qui souffrent de la même chose ou qui ont trouvé des solutions.

J'ai changé. J'ai murie. Certains se sont sentie délaissé, abandonné voire trahis. Moi je sais juste, que c'était avant que je mentais. A moi et à tout le monde. Ils ont  aimé une fille qui cherchait à être aimée, peu importe le prix, du moment que je retrouvait une confiance en moi dans leurs yeux.

Guérir, c'est aussi abandonner des douleurs qui nous plaisaient bien. Et c'est aussi laisser en chemin des amis, des convictions, des façons de vivre.  C'est aussi pour cela que c'est parfois compliquer de guérir.

Je regrette d'avoir blessé certains. Sincèrement.  Mais je ne peux plus répondre à leurs attentes, quitte à décevoir. Mes valeurs et mes croyances restent les mêmes, ma façon de les aborder sont différentes parce que je vais mieux, j'ai appris à ne plus être en guerre avec moi-même.

Je profite de cette page pour tous ceux qui m'ont suivis dans ces moments compliqués, ces petits mots d'anonyme qui m'ont permis de tenir bon et de sauter le pas, d'aller voir quelqu'un pour aller mieux... 

Je sais que la route est encore longue mais maintenant j'ai compris ce qui n'allait pas... Donc je vais terminer la route. 
Ceux qui voudrons rester dans le train avec moi, je les remercie. 
Ceux qui en ont marre de ses changements de destinations, de mes bancs de 3eme classe, de mon train qui peu parfois dépérir, de cette impression de ne pas être assez bien, vous pouvez me laisser ici. J'en suis déçue certes mais je ne suis pas une secte et chacun est libre de reprendre sa route comme il l'entend.

Voilà. Ce sera mon dernier post sur ma maladie. Je ne veux plus me faire mal, ni qu'on me fasse mal. J'ai compris que pour se sentir vivante, il y a d'autres façon de faire...