Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

vendredi 29 juin 2012

La part des anges

Il y avait longtemps que je n'étais pas aller au cinéma. Alors quand ma voisine m'a proposé d'aller voir le dernier Ken Loach, je n'ai pas hésité une seconde. D'abord parce que je suis une inconditionnelle de ses films. Ensuite parce que ça fait une éternité que je n'ai pas vu un film intelligent.

Et je ne regrette pas.

Ce film m'a touché en plein coeur

Au delà de l'histoire, du coté sociale qu'aime aborder Ken Loach, ce film parle de mon travail, de mes rencontres professionnel, de mon engagement.

Ce film en quelques couple d'heures, a expliquer tout l'intérêt de mon métier, l'engagement et la lubie de notre travail. Je me reconnais parfaitement dans le personnage d'Henry, prenant des risques, allant jusqu'à traverser les routes qui le mettent dans l'illégalité mais qui change juste la vision de lui-même d'une seule personne par une parole: "non tu n'es pas ce que les autres veulent que tu sois".

Et juste en étant le petit ressort qui permet de faire le grand saut, en ne l'abandonnant pas malgré les faille, les blessures, les recules, il lui permet d'aller très loin...

 Ce film raconte bien mieux que moi mon travail et mon engagement. Il raconte que c'est un travail d'équipe, que l'éducateur n'est pas un héros, qu'il a des failles et qu'il est imparfait. Il raconte nos lâcheté, mais notre détermination et nos croyances. Mais aussi que c'est un travail avec l'Autre, celui qui est en manque, en difficulté, avec ceui qui est bancal, et que, rien n'est possible si chaque partie n'est pas partante.

Il parle de la rédemption, du droit de regretter, des erreurs, du pouvoir de l'amour paternel, de l'amour tout court et l'engagement vis à vis de ses enfants.

J'ai pensé à Paul qui passait au tribunal en pleurant, parce qu'il se retrouvait face à la famille du jeune qu'il avait tuer en voiture, j'ai penser à cet homme que j'ai eu cet après midi qui n'avait plus de logement cet qui s'accrochait à moi, cet inconnue au bout du fil qui lui donnait des filons pour s'en sortir, j'ai penser à Aurélie, à Toufik, à Kévin, à Mirez, ... J'ai penser à tous ces gens qui s'en sont sortie ou non, mais que j'ai croisé dans ma vie professionnelle et qui on donné un sens à mon engagement.

Ce sont mes petits cailloux qui me rappelle chaque jour le chemin vers mon engagement  quand les commandes institutionnelles sont trop lourdes. 

Ce film c'est un gros cailloux sur ma route, un arbre qui a une forme particulière, un bruit d'eau sur le bas coté, qui me rappellera quand je serais perdue que je ne me trompe pas de chemin. Que c'est là que se situe la bonne voie. Peu importe ce qu'en pense les institutions. Elles ne peuvent malheureusement ne plus comprendre ça...