Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mardi 5 juin 2012

Lettre à mon patron

Cher directeur,

Puisque c'est ainsi que vous aimez être appelé. Je vous écris ici parce que nous avons rendez vous demain pour mon rendez professionnel. J'écris ici parce que je sais déjà tous ce que je ne pourrais pas vous dire demain, parce que la bienséance hiérarchique m'en empêchent, mais surtout parce que que je sais d'avance que votre capacité a monopoliser la parole pour nous faire comprendre que c'est vous le chef et nous les incompétents est d'un niveau olympique.

Donc. Cher directeur, je tiens a vous signaler que votre façon de vous comporter avec vos subalternes est proprement irrespectueux et incompatible avec de bons rapports entre travailleurs. Je sais que vous me répondrez que je suis trop dans l'affectif. Je suis surtout dans mon travail, au mieux avec les résidents que je connais. Que connais parce que je les côtoie chaque jour, que j'ai appris a les connaître et a connaître leurs besoins. Ce n'est ici pas une question de handicap, ni de psychologie, juste une affaire de relation humaine,  qualité dont vous semblez être dépourvu.

Je m’inquiète en effet quant au fait que les personnes accueillies ne cherchent jamais a vous connaître ou a savoir où vous êtes, et qu'au bout de 18 mois de votre présence, aucun n'est comprit votre rôle dans l'institution. Pire, ils s'en foutent. Leurs familles ne connaissent même pas votre nom alors que vous vous posez en chef incontestable de notre structure.

J'ai également du mal a comprendre votre cynisme, votre hypocrisie et votre malhonnêteté. Je pense que si une seule de ces qualités produisaient de l'électricité, vous éclaireriez Paris pour les 10 ans a venir. Affirmer qu'une idée, qu'un projet de vos employés est mauvaise (complétement crétin selon vos propos, rendons à César, ce qui appartient à César) et le re-proposer a la réunion suivante en affirmant ce n'est pas la même chose" c'est a la limite du vol de la propriété intellectuelle. 
Je suis a deux doigts de déposer mes projets a la sarm, juste histoire de vous faire chier, mais bon, vu ce que vous nous payez, je vais pas déposer 80 euros pour un projet.

Ah! Et puis je tenais a vous signaler aussi que quand ma fille ne dit pas bonjour, elle va au coin. Je pense que vous avez une fâcheuse tendance au sado-masochisme et que vous attendez peut être que l'on vous punisse puisque vous ne dite jamais ni bonjour, ni au revoir, ni merci. Mais si ça peut aider, dans nos relations professionnel, je peux en parler à votre femme. Ou vous indiquer un bon thérapeute qui vous aidera a séparer personnel et professionnel. 

On ne doit pas tout mélanger Monsieur le directeur, c'est vous même qui nous le dite, entre nous on se dit que c'est votre Loi de Godwin à vous: quand vous n'avez plus d'argument vous nous sortez le sacro-saint "affectif".

Enfin, je voudrais aussi vous indiquer un bon ORL parce que vous avez l'air de ne pas entendre la fréquence sur laquelle se pose ma voix. En effet, je suis très inquiète quant a l'entretien de demain étant donné que depuis une bonne année vous ne semblez plus entendre ni ma voix, ni mes questions qui restent en suspens a chaque fois. 

Ceci dit, j'ai cru un léger mieux lors de notre dernière rencontre vu que mes travaux et les réponses demandées ont été attribue a ma voisine et collègue. Vous voyez il suffit peut être d'une simple rééducation.

Voilà Monsieur le directeur. J'attends demain pour vous parler des choses qui m'inquiètent vraiment
Comme l'avenir de notre métier, la notion de travail qui vous inquiète tellement alors qu'il n'est jamais question de paie. Je voudrais vous parler de l'importance ses activités comme le djembe qui apprenne la rigueur, la piscine qui implique l'affrontement de la peur et le dépassement de soit ou la couture qui apprend la précision et la concentration, toutes ces notions qui sont si utiles dans un monde de travail, et qui, à terme peuvent faire des travailleurs compétents, et des citoyens actifs dans le monde qui les entourent. Programme qui vous semblent vous récréatifs et infantlisants.

Je souhaite sincèrement qu'un jour votre conscience s'élève un peu plus haut que les lois, les directives et les devoirs institutionnels et que vous vous intéressiez pour de vrai aux personnes que nous accueillons.

Je pourrais terminer ma lettre par une formule d'usage, un "cordialement", un "salutations distinguée" mais je n'ai ni envie de vous saluer ou d'être cordiale avec vous.