Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mercredi 11 juillet 2012

Ce père, ce gadget

Je lis aujourd'hui un article sur la nouvelle mode anglaise: un site de rencontre pour des femmes de 20 a 25 ans pour trouver un donneur pour faire un bébé toute seule. L'homme fournira sa semence en kit ou en direct live... Bref tu peux payer en nature.

Le concept de donner son sperme sans vérification aucune ("allez viens poulette je te nique un coup pour donner ma petite graine") me semble déjà complètement inconscient mais en plus, envisager a 20 ans, le père comme une option dans la vie d'un enfant me paraît ahurissant...

On ne lève pas les points tout de suite, je ne suis qu'admiration pour les femmes qui élèvent seules leurs enfants parce que les événements de la vie font que... J'ai failli être des vôtres... J'ai notion de la difficulté et du courage qu'il faut a ces femmes. Mais adopter, se faire inséminer à 40 ans par ce qu'on n'a pas rencontré le bon ou élever un enfant parce que le papa est partie c'est une autre démarche que de dire à 20 ans "Je veux un bébé toute seule".

Non. Là je parle bien de nanas de 20 ans qui ne veulent pas de "repas, drague et installation" mais qui passe direct par la case bébé parce que merde, on va pas s'encombrer d'un père quand on peut se demerder toute seule. Si on peut trouver du sperme en trois clics alors pourquoi attendre 3 ans qu'il se décide ou pas.

Parce que oui. Ça sert a quoi un père? On ne cesse de nous dire qu'il est remplaçable, que la fonction peut être occupé par un oncle, un grand-père.

Parce que moi, Mowgouaille sociologue de mes fesses, et reflectologue de maface, je vous dis que non. Tout proche qu'il est, un oncle reste un oncle, un grand père un papi. Parce qu'un père témoigne d'une filiation, d'un amour existant (ou non) avec une femme qui fait d'elle une mère, et raconte, est témoin d'une histoire, de notre histoire. 

Un père, quand il est là, donne des repères, différent de celui de la mère qui permettent à l'enfant de se construire, en référence ou en opposition avec l'un ou l'autre. Avec un père on tisse des liens propre au pere, des souvenirs, on s'inscrit dans une lignée plus ou mois positive mais existante. Un père est un maillon d'une chaine longue de millier de génération qui fait qu'on est là. Et nous sommes le témoin de cette histoire, dernier maillons qui fait preuve de cet lignée existante.

Un père quand il n'est pas là éxiste dans l'imaginaire de l’enfant. Et je reste persuadée qu'il vaut mieux d'un père absent mais existant dans la tête d'un enfant. Il vaut mieux naître d'une histoire même foireuse que d'un inconnu qui donne sa petite graine contre un coup tiré...

Avoir un enfant, c'est, pour moi une histoire de filiation, de transmission, de désir. C'est pour cela d'ailleurs que le sang n'a rien a voir dans l'histoire. La filiation, l'amour, l'histoire de l'enfant peut se faire par l'adoption ou la FIV. Mais être l'enfant que d'une femme qui a voulu un enfant parce qu'un matin elle s'est leve et s'est dit "c'est le moment et je n'ai pas envie de m'encombrer d'une histoire d'amour". Ça me choque. On ne fait pas un enfant comme on adopte un chien.

Et que certains marchand de bonheur fassent de l'argent avec ça me fout encore un tout petit peu plus la gerbe.

ça vaut le coup de s'encombrer d'un diner, plan drague non???