Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 30 août 2012

Le biberon qui m'a sauvé la mise...

Soyons clair! Je ne relance absolument pas le "non-debat" sur l'allaitement ici. 

D'abord parce que je n'en ai que faire, que je crois qu'assez d'anerie ont été écrite sur le sujet et que je ne veux absoluement pas etre la souffleuse de braise...

Ensuite j'avais décidé de ne plus en parler pour ne pas attirer les vautours qui cherchent les articles sur le sujets pour mieux relancer la polémique. A ce niveau la ce n'est plus du débat, a peine de la polémique. C'est juste de la foire d'empoigne pour mieux déverser son agressivité. Dommage qu'une telle énergie ne soit pas utilisée pour des causes nobles. Bref. 

J'avais décidé de ne plus aborder le sujet, quand je me suis aperçue que finalement je finissais par me sensurer de peur de voir arriver les harpies.

Et puis pendant mes vacances, j'ai decouvert cette jeune maman qui racontait qu'elle donnait le biberon parce qu'elle n'avait pas de lait. Et je me suis souvenue de ce premier biberon qui m'avait moi aussi bien sauver la vie. Et je me suis dit que mon histoire pourrait peut-etre aider d'autres mamans. Je parle donc de MON histoire, de MON vécu. Et je vous préviens tout de suite, tout commentaire haineux, de propagande, ou de critique peu constructive ne sera pas publié.

Donc voilà. Eloise était une enfant hyper facile. Tout de suite ce fut des tétées hyper régulières, la dernière à minuit, la première à 6 heures... Je devais batailler avec les infirmières pour qu'elle ne la réveille pas à 3 heures du matin pour la faire manger.

Mais très vite Eloise ralait après le sein. On a d'abord cru que c'etait la tombée de la nuit mais on s'est vite aperçu que c’était lié a ses repas. Le medecin nous faisait faire des massages, nous donnait des sirops, m'a conseillé de lui faire faire son rot dans tel sens... Rien n'y faisait. Ma fille se tordait de douleur.

Au bout d'un mois et demi, Eloise avait des crises qui pouvaient durer 2 heures et ça devenait vraiment insupportable. Je voyais des pediatres, des sages-femmes, des puer... Personne ne trouvait la solution. Et puis, un jour mon généraliste m'a dit "essayez un biberon. Vous continuez a donner le sein en journée, mais ce soir donnez lui un biberon". Eloise avait déjà eu un biberon à la naissance étant donné que j'etais coincé en chambre en mater et elle en neonath. Mon sein etant enorme mais pas assez pour grimper seul un etage, il fut évident qu'on lui donna un biberon.

Donc je n'avais pas trop peur de l'accoutumance. Le soir même, me voilà explorant, la boite de gallia 1er age pour connaître le nombre de cuillères, la dose d'eau et je vous avoue que j'ai galèré bien plus qu'avec le sein! Et là, pas un medecin, pas un site internet pour vous aider...

Bref me voilà avec mon biberon, et je le donne a ma goullue qui ne fait pas sa difficile devant le plastique... Et puis, a peine retiré de sa bouche, la voilà qui me fait un mega rot avant de s'endormir paisiblement.


Plus tard le medecin m'exlaiquait que sans doute je n'avait plus assez de lait et que du fait, tirant sur mon sein, elle attrappait trop d'air qu'elle ne parvenait pas a recracher. Il était possible aussi, qu'elle ne mange pas à sa faim et qu'elle fatigue a la tétée. Du coup, elle ne prenait pas assez et avait faim.

J'ai continuer cet allaitement mixte pendant un mois puis je suis passe au biberon. Du fait de cet alaitement mixte, le passag au biberon s'est fait dans la douceur.

Nous avons abandonné le gallia tres vite pour une marque moins connu mais qui etait plus adaptées aux besoin d’Éloïse. et qui par chance était aussi beaucoup moins cher.


Je n'ai jamais regretté cet abandon du sein prématurément. Il y avait tellement de choses plus importante a vivre avec ma fille.

L'important etait qu'elle ne souffrait plus...