Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 16 août 2012

Une grossesse à 15 ans

    •  Les propositions n'ont pas attendues... Khris, m'a raconté sa première grossesse... Enceinte à 15 ans, elle découvre sa grossesse à 6 mois.  D'origine Brésilienne, elle nous raconte son histoire avec beaucoup de tendresse et de recule. 
      Intéressant aussi de voir comment on construit sa vie après, comment on gère sa vie, comment on grandi, et quel constat on peut en faire....


      Je m'appelle Khris motta , j'ai 32 ans et j'ai 3 enfants . Mon 1ère enfant je l'ai eu 1 mois après mes 15ans.
      Toute à commencé avec un désir interdit.
       Jeune, je défilais pour des magasins (je vivais encore au Brésil à cette époque).
      C'était un job d'été. J'avais 14 ans, lui 30 ans.
      J'étais très indépendante et lui charmeur , ( je précise que tout n'était pas de sa faute, j'ai ma part de responsabilité aussi )
      C'était une histoire d'amour et de folie.

      Un jour, c'était l'été il faisait très chaud et je défilais pour un couturier en maillot de bain. J'ai fait un malaise et  je me suis réveillée à l'hôpital. C'est le médecin qui m'a dit " vous êtes enceinte de bientôt 6 mois "

       BooooUummmm! Ma tête explose!!!

      Ma mère était à côté de moi, elle m'a pris dans ses bras comme une enfant et m'a dit " je suis la avec toi ! À l'époque mes parents étaient divorcés.  Je ne voyais plus mon père."

      Mon compagnon à tout suite ma dit  "ok pas de problème on va habiter ensemble"

      Mais moi je ne voulais pas

      Je voulais ma maman , j'avais peur et je voulais cet enfant

      Le miracle est qu'à ce moment la je n'avais pas un centimètre de ventre et 3 jours après un ventre qui se forme

      Ma famille était scandalisée (woauuu au brésil une famille est scandalisée ET OUII ÇA EXISTE la mienne !)

      Au 8eme mois le père de mon enfant a acheté une jolie maison et nous avons commencé une nouvelle vie


      Au 9ème mois je suis allé voir ma tante qui travaillait à la maternité

      Ma mère et elle se sont alors occupé de moi.

      À l'époque au Brésil ils été un peu perdu avec cet histoire de déni de grossesse et il ne savait pas trop où en était mes semaines de grossesse. Après 3 échographie ils on vu que j'en était à 41 semaines.

      A 15 ans on vit une grossesse différemment. Pour moi c'était un jeux , on ne se rend pas compte de ce qui va nous arriver, des responsabilités qu'on va prendre

      Je ne sais pas si c'est parce que ma mère été là , mais je me souviens que jusqu'à la naissance  de Karol je me suis pas pris la tête , c'était un jeux ! En plus je n'avais pas de douleurs , rien !

      C’était comme jouer à cache-cache , un jours tu es mince comme un mannequin et 1 semaine après tu as un bidou

La seule chose qui m'a marqué c'est que soudain je me suis senti à l'écart vis à vis des mes copines et collègues de boulot...

Aujourd'hui quand je vois une fille de 15 ans dans ce cas, j'ai  de la peine pour elle , car c'est tout une vie qui n'est pas placée au bonne endroit , tu n'as pas d'adolescence, tu sautes une étape de ta vie et ce trou reste.

Je ne souhaite à aucune fille cela.


De cette période, j'ai tout dit à ma fille , je ne lui ai rien cachée surtout que son père est mort avant sa naissance et que je n'ai même pas eu une photo à lui pour la montrer
Quand Karol est née, par césarienne ( 55cm et 3,860kg ), elle a eu un problème au cœur.

Je suis restée 2 jours sans la voir et la je me suis posée beaucoup des questions : "est-que tu m'abandonnes comme ton père ?"
 C'était un moment dur à vivre !
Je ne l'ai même pas entendu pleurer ou pousser un cri! Ils sont partis avec cet vie qui m'appartenait, qui était en moi.

Par la suite elle n'a pas été une enfant difficile: elle a fait ses nuits à la maternité , et elle était réglée comme une montre suisse 

Je me souviens particulièrement du 1ère allaitement: mon oncle qui était aussi médecin me l'amène et me dit : "notre Karol a très faim ! Il faut vite la mettre au sein !".  

Quand je suis sortie de la maternité,  je suis allé vivre avec ma maman. Elle était en amour devant cette petit princesse qui était en train de changer nos vies 

Elle m'a appris à être mère avec un M majuscule. Je voulais montrer que j'étais capable d'être mère à ma maman. Je lui montrais qui j'étais responsable des mes actes et pendant les 2 premières année de ma fille je ne vivais que pour elle. Petit à petit je me suis éteinte, je n'étais là que pour ma fille

Quand elle a eu 2 ans et demi j'ai commencé à travailler , dans le monde de la bijouterie. J'étais déprimée de rater ce que ma fille faisait quand je n'étais pas là et j'ai commencé à jalouser ma mère

On ne s'est jamais disputées, (je suis trop pour la paix des ménages) et du coup j'ai tout encaissé. J'étais remplie de jalousie quand je voyais ma fille se jeter sur sa Mamie pour lui demander quelque chose

Jusque là, je ne voyais personne. Les hommes, n'existaient pas et avec toute cette jalousie, je commençais à souffrir. Alors pour exorciser tout ça, j'ai commencé à sortir, et c'est là que j'ai connu le père de mon second enfant. J'avais 18 ans.

Mais c'est a ce moment là que ma mère s'est rendu compte de la situation, de ce que je ressentais.

Elle nous a quittée du jour au lendemain. Pendant 1 an je ne l'ai pas vu. Je me suis retrouvée seule avec ma fille et responsable d'une maison et d'un enfant, d'un boulot et je devais gérer une relation amoureuse.

J'ai commencé à gérer une vie de femme, de businesswoman et de mère. Ça a duré un an et je peux vous dire que j'ai galéré!!!

C'est là période où je suis tombé enceinte de Matheus. J'ai décidé de le garder et je me suis séparé de son père. J'avais choisi d'être seule avec mes enfants. J'ai été égoïste mais c’était mon choix. Ma mère est revenu, j'étais enceinte de 8 mois.

Là j'ai eu une grossesse très difficile.

J'ai pris 25 kilos je faisais de la rétention d'eau , de l'hypertension , le bébé ne grossissait Un mois avant sa naissance, il faisait a peine 2kg

J'ai due prendre énormément de médicaments.

Je passais ma vie à me disputer contre ma mère. Elle  ne comprenait pas mon choix de le garder. Elle pouvait être violente en tapant sur mon ventre.

Karol restait collée à mon ventre. Elle suivait chaque évolution. Par contre, elle a très mal vécu le départ de ma mère, et s'est arrêtée de manger, pleurait beaucoup...

Aujourd'hui Karol a 17 ans et notre relation c'est comme le feu et l'eau

On est complice et quand on se fâche, on s'affronte face a face avec des vrais mots

 Karol est toujours plus proche de sa grand mère que de moi. Sa grand-mère sait toujours tout avant moi! Mais je ne suis plus jalouse: j' ai compris que ma mère à eu un rôle très important dans nos vies et sans elle je ne sais pas comment ça se serait passé

Merci énormément à Khris pour ce témoignage... Et n'hésitez pas si vous voulez témoigner, même anonymement... Je serais ravie de vous publier....