Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

dimanche 19 août 2012

Une grossesse spéciale: quand vie et mort sont intimement liées


  •  Marie nous raconte aujourd'hui sa grossesse. Suite à une fausse couche, elle vit un grossesse difficile. Mais tout se complique encore plus quand son beau-père tombe malade et que son couple doit gérer le stress d'une grossesse à risque et la maladie d'un parent.

    Je vis une vie assez spéciale je pense. Il faut savoir que mon mari est né avec une malformation hépatique, et il a dû être greffé du foie quand il était tout petit. Il a ensuite enchaîné les hospitalisations, pour des problèmes plus ou moins importants.
    En 2008, il a été hospitalisé pour une suspicion de lymphome. Et là, notre vie s est arrêtée
    Finalement, il n'avait rien, mais nous ne l'avons su qu'après quelques mois d angoisses

    On avait une vraie envie de revanche sur la vie, et on a décidé de se marier et d avoir un enfant

    Je suis tombée enceinte pour la premiere fois en octobre 2009, en même temps que ma belle-sœur. Malheureusement, j'ai rapidement fait une fausse couche. Nous avons continué à essayer d'avoir un enfant. Entre temps, mon beau-père est tombé malade...

    On lui a diagnostiqué une leucémie, il a attaqué les chimio, la greffe de moelle...

    Je suis tombée enceinte à ce moment là

    A 5mois 1/2 de grossesse, j'ai décidé de faire une pause, j'étais trop fatiguée, et les contractions commençaient à se faire sentir.

    Je me reposais pas mal mais bon, ma généraliste m'avait dit de ne pas m'inquiéter

    A ce moment là, mon beau-père allait plutôt bien, il avait subit une greffe, qui paraissait bien se dérouler.

    Le jour de ma 3eme échographie, j'ai parlé de mes contractions au médecin. Il a vérifié mon col et m'a dit de filer à la maternité

    Ils avaient peur que j'accouche prématurément. J'ai donc eu droit aux injections de corticoïdes, et ils m'ont gardé 3 jours.

    Le jour de ma sortie, mon beau-père a été à nouveau hospitalisé. J'étais enceinte de 7mo.i

    Le greffon ne prenait plus, et son organisme était en train de le rejeter. Il a à nouveau été placé en chambre stérile.

    Pour ma part, je devais rester allongée... Mon mari gérait absolument tout à la maison, et faisait son possible pr aller voir son père

    Aujourd'hui, Il me dit qu'émotionnellement surtout c'était très dur à gérer.

     Entre la tristesse de voir son père malade, l'envie de nous protéger ma fille et moi, et la joie aussi de l'arrivée imminente de ce bébé que nous voulions tellement. A l'époque il ne m'en parlait pas trop parce qu'il voulait que je sois la plus tranquille possible.

    Un lundi, il est allé le voir après sa journée de boulot, son état s'était un peu dégradé, mais ça arrivait parfois, et il reprenait des forces ensuite. Mais il avait un mauvais pressentiment, et étant dans le médical, il avait vu des signes qui ne lui inspiraient pas confiance.

    Ce soir-là, il n'était pas tranquille alors nous avons éteint la télé et discuté. Et les 1eres vraies contractions sont arrivées. Je me sentais vraiment mal, j'avais envie de vomir, et j'ai perdu du sang, alors nous n'avons pas traîné à filer à la maternité.

    4h30 plus tard,à 4h14, ma merveille est née. Nous ne voulions pas annoncer la naissance de suite, mais nous avons préféré envoyer un texto et une photo à ma belle-mère qui avait été autorisée exceptionnellement à passer la nuit avec son mari vu son état de santé.

    Vers10h, mon mari a pris le tram pour voir son papa. Quand il est arrivé, il était trop tard, il venait de décéder.

    Je voulais sortir de la maternité à temps pour l'enterrement le samedi ,mais finalement, après des visites de la famille ne faisant que parler mort et enterrement dans la chambre de maternité, j'ai demandé au personnel soignant de me garder un peu plus, je n'avais pas envie d'affronter la mort alors que je venais de donner la vie. Je me sentais lâche mais je pensais qu’il fallait aussi que je me préserve pour mieux préserver ma fille.




    Ma sortie a donc été repoussée au lundi. Ce jour-là, c'était également le jour de la crémation. Mon mari devait donc passer nous chercher après. Pendant ce temps là, la pédiatre est venue examiner ma fille avant de nous laisser partir.

    Mais nous ne sommes pas parties... Elle a décelé un minuscule souffle au coeur à ma fille. Après des examens complémentaires, il sont découvert qu'elle avait une malformation cardiaque assez rare qui faisait que son coeur avait déjà triplé de volume à cause de son insuffisancec cardiaque; On a donc été transférées en cardio pédiatrique, où elle a été opérée quand elle avait 15 jours.

    Aujourd'hui, elle va très bien, et nous aussi.

    Ce qui a été difficile à gérer au sujet de cette naissance, c'est que tout le monde l'a mise en rapport avec le décès de mon beau-père. Je ne veux pas que ma fille "subisse" le fait d'être née ce jour là, et consciemment ou non ccertains font peser ce poids sur ses minuscules épaules, elle qui n'y est pour rien.

    Et à cause de ça aussi, certains membres de ma belle-famille n(ont jamais vu qu'elle aussi était passée à quelques jours de la mort

     Merci beaucoup à Marie et n'hésitez pas à me contacter si vous aussi vous voulez raconter votre histoire.