Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 6 septembre 2012

Découvrir l'île-de-France... avec mes pieds

Pendant mes vacances j'ai décidé de découvrir ma région en marchant donc. Aujourd'hui, 1er essai en traversant Fontainebleau et Melun. Pour ceux qui ne sont pas du 25 bornes entre route et forêt...

Soit 25 km de  distance mais rien ne me fait peur... Allez hop on dépose la crevette à l'école et on est partie pour 5 heures de marches... Pas piqué des hannetons!!!

Il faut commencer par traverser la Forêt pour retrouver Fontainebleau... Je découvre dans la forêt  quelques surprises: Le mur qui délimite les propriétés du château existe toujours... Et pas question de passer!!! Un gros cadenas ferme un portail qui enferme l'ancienne maison du gardien... qui tombe en ruine!





Je tombe des nues devant cette maison au milieu de la forêt qui semble isolée du monde. Il faut contourner le muret, chercher le chemin que je retrouve avec peine. Je suis ma route et découvre les chemin balisé qui m'aide bien pour ne pas me perdre... et tout est prévu pour les marcheurs!




Cette partie là de la forêt est agréable, claire, arrangée, balisée... Je découvre une forêt faite pour les promeneur. Lorsque j'en sors, je découvre que je viens d'arriver à Fontainebleau, le bonheur. J'en profite pour prendre un peit déj' au Mcdo (faut pas se laisser abattre) et je repars. Je sais que le prochain tronçon va me faire passer par Samois-sur-Seine. C'est un village que j'aime bien. Déjà parce que tous les étés un festival de jazz manouche y a lieu. J'ai découvert Bireli Lagraine




Caravan Palace


 C'est le village où est mort Django Reinhardt et je crois que c'est un des plus beaux villages que je connaisse. En entrant dans le village putain de connard de merde de Mappy, m'indique qu'il faut passer par le haut du village... Oui ok. Mais cet accès est en pente, en virage et accessible qu'aux voitures. Merci Mappy pour ta précision.

Je vais devoir passer par en bas et traversé le village donc. Et surtout me débrouiller. Je sais que ces quelques kilomètres vont me couter...  Mais longer la seine est une excellente récompense!

50 mètres plus loin, je vois bien une route qui tourne et qui monte, je me dis "tiens celle-là elle doit bien me mener là ou je doit aller". Comprenez: ça tourne à gauche, ça monte, ça mène au même endroit. Oui, je sais je n'ai peur de rien. Donc, je tourne à gauche et je monte. Il n'y a personne sur cette route, c'est un bonheur. Et en plus elle offre une vue dégagée sur le bas de Samois et sur la Seine tout en laissant les oiseaux chanter. Je suis à deux doigts de me prendre pour Blanche Neige.





Bref c'est l bonheur. L'autre coté de la route offre un petit chemin forestier que j'emprunte avec entrain. C'est beau come du Monet, il y a plein d'oiseaux qui chante, le ciel est bleu à faire pâlir les sudistes et je suis encore suffisament en forme pour en profiter...

J'arrive au milieu du village. J'en profite pour m'arrêter afin d'envoyer la bouteille de mojito à Emeline qui a été la 200 000eme lectrice de mon blog... J'en profite pour vous dire 200 000 mercis de me suivre depuis presque 2 ans, de voir que vous êtes de plus en plus nombreux . Ça me touche à un point que vous n'imaginez même pas!

Je m'arrête donc à la poste, j'envoie le mojito. J'explique à la postière mon projet, et elle me regarde comme si j'était une demi-folle... Pas grave ce n'est pas la seule... Mais je sais encore pourquoi je le fais... Na! (comme dirait l'autre...)

Je passe à la pharmacie pour calmer l'ampoule naissante et je repars. Il est déjà midi, mangera, mangera pas? Le bar américain qui propose des hamburger frites maison me fait de l'œil... Mais en vrai je n'ai pas encore vraiment faim.

Je me décide à attendre d'atteindre Bois-le-Roi.

Let's go! Je dois traverser Tout Samois ce qui reste un véritable bonheur. Et je repasse dans des sous bois qui sont aussi exquis que les premiers. Mais je sens une première gène dans la jambe, et la fatigue me gagne...

Les vitrines de restaurant m'appelle mais je tiens bon.




Bois le roi n'est pas si loin et 45 minutes plus tard me voilà attablée devant un  onglet frite très bon et excellent; le serveur est quelque peu crétin mais ce qu'il sert est comestible et c'est tout ce que je lui demande (quoi que lorsqu'en terrasse je lui demande s'il peut recharger mon portable et qu'il me dit "là ça va pas être possible parce que vous êtes en terrasse madame" j'ai failli appeler un désenvouteur pour faire sortir Eve Angélie de ce corps...)

Mangé, repue, je repars. Une bonne partie de la route est sur voie, et je trouve plusieurs animaux morts sur le bas coté. Faut dire que les voitures roulent comme de malades....



 Je sors de Bois le roi le nœud au ventre, mais c'est assez long. Quand j'arrive, à l'intersection indiquée, je m'aperçois que cet enculé de connard de voitureu de lédeux de Mappy m'a encore indiqué une voie rapide. Je décide de m'infiltré dans le sous-bois pour trouver un itinéraire. 

Grave erreur.

Oui, là, je suis à nouveau blanche-neige mais dans la mauvaise partie du film: pas de chemin, je dois marcher dans les ronces, je me prends toutes les toiles d'araignée dans la tronche, la forêt est moche, j'ai l'impression de voir des fantôme un peu partout, mes cheveux s'accrochent au branche. 

J'ai deux choix: ou je rebrousse chemin et je rejoins la gare de Bois le Roi. Où je suis la voie rapide de loin en essayant de trouver une sortie pour m'éloigner au plus vite de cet enfer. 

Je tiens bon jusqu'au moment où je me retroue devant un... fossé. ça fait plus d'une heure que je marche pas moyen de rebrousser chemin. Cette fois ci la gare est trop loin... Je suis le fossé des yeux et il mène à un chemin. Bingo, je tiens ma sortie. 

Je rejoins tant bien que mal le chemin, m'éloignant de la route pour le coup, mais j' entends les trains passer non loin.

Mais quand j'arrive sur le chemin je vois ça:



C'est à dire grosso modo... rien. Une route sans bout.

MAIS LÀ JE N'AI PLUS LE CHOIX. Deux cyclistes me dépassent, je marche tant que je peux alors que mes jambes commencent sérieusement à me faire souffrir. Je me promet que si cette route a une fin je ferais une pause avec gâteau et eau...

Et comme dit ma copine Sophie, "quand tu commences à souffrir, il faut tenir bon parce qu'un petit moment après ça va mieux". Oué! Elle est comme ça ma Sophie! Même de loin elle m'encourage à donf!

Bref, me voilà partie donc et en effet ça n'a pas l'air comme ça mais cette route a un bout...
Et je ne me suis pas arrêtée parce qu'au bout de cette route il y a surtout un mur.

Donc j'ai longé le mur en suppliant qu'il y ait une sortie. Et Dieu m'a entendue il y avait une sortie avec un bus en cadeau.

Le truc c'est que je n'ai aucune idée d'où je suis. Je lis juste l'indication du bus qui m'annonce "CHARTRETTE".

Et là je tombe des nues. Comprenez: Chartrettes c'est la ville voisine de Melun. J'en reviens pas. J'avance je suis bien à Chartrette, 30 mètres plus bas il y a la mairie. Un monsieur fait ses mots croisés. Je m'avance avec ma tête déconfite et mon odeur d'ado qui aurait dormi avec un cheval et qui ne se serait pas lavé depuis trois semaines et gentiment en me tenant à distance je lui demande si, par hasard, il pourrait m'indiquer la direction de Melun

"Oh bah c'est pas compliqué, vous prenez la route où il y l'extincteur qui fait l'angle. Vous tournez à droite puis vous allez tout droit. Dans 20 minutes vous êtes à la gare...."

 J'en reviens pas d'avoir autant de veine...

Je suis le chemin, me pait même le luxe de m'arrêter dans un parc pour me reposer 2 minutes,  je me pait un coca dans un casino et en sortant du minimarché je tombe l'entrée de Melun... Et la Gare!

La rando fut exceptionnelle le matin, je vous conseille vivement de me rejoindre sur ma page facebook pour admirer les photos de ma balade. L'après-midi fut plus Kholantaesque mais je me suis découverte boussole+ humaine et capable d'un dépassement de moi-même incroyable...

Je sais que pour certain ce sont des prises de risques inutiles et ça n'a aucun interêt. Pour moi, c'est vraiment formidable de pouvoir se dépasser et de prouver à moi et aux autres que je ne suis pas seulement qu'une geek au foutu caractère, et que je suis capable de faire des choses que d'autres ne feraient pas....

Et puis on ne vit qu'une fois! Il faut faire parfois des choses incroyables pour se sentir vivant, et ne pas avoir de regrets plus tard. Des choses que l'on a envie de faire même si 90%des gens pensent que c'est stupide... 

La semaine prochaine je vais donc entamer la rando en 4 étapes. Maintenant que j'ai compris par où il fallait vraiment passer, je vais pouvoir m'éclater  comme une petite malade...

Qui me suis?