Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 17 septembre 2012

Mon pavé dans la mare: Mode d'emploi pour une entreprise qui coute pas cher

J'ai repris le travail aujourd'hui et mes nerfs de contestataire ont refais surface avec plus de rapidité qu'Arton Senna face à une barrière de sécurité.

Objectif du jour? Je faire mettre des vernis dans un petit sachet so girly à mes résidents.

Je récapèpète, comment ces vernis sont fabriqué et conditionné pour ceux du fond.
- Fabriqué dans les pays de l'est, et les sachets en Chine, je ne veux même pas savoir ni comment ni par qui.
- Ils arrivent en pièce détaché à la dite entreprise.
- Les responsables d'ESAT (établissement social d'aide au travail), prennent leur petit véhicule pour aller chercher les cartons et les vernis à emballer. Ils seront payer moins de 30 centimes par sachet.
- Notre établissement va lui-même chercher les cartons qui n'ont pas été finalisé par l'ESAT en question. Notre établissement ne sera ni dédommagé pour le transport, ni payer pour le travaille effectué.
- Nous avons 5 jours pour faire 400 sachets. le travail consiste à:
  1. Plier un carton qui sera placé dans un sachet so girly
  2. Placer le carton dans le sachet
  3. Mettre un premier vernis blanc
  4. Mettre un second vernis rose
  5. Mettre un fixateur
  6. Les poser par paquet de 45 dans un carton
  7. fermer
Nous avons même due inventer des outils pour faciliter l'action de nos résidents.

Une fois le travail terminé, tout est ramené à l’esat qui réexpédie à l'entreprise, qui n'a rien à toucher, elle le renvoie directement chez le revendeur, qui le revend pour 5 euros.

Calculez: Un entrepôt, aucune livraison, des travailleur handicapé qu'on ne paye pas (on pait les structures qui réceptionnent). Des travailleurs jamais malades, jamais absents, et qui rendent le travail à l'heure. Pourquoi s'en priver???

Aujourd'hui, j'ai demandé à mes résidents:
- Vous aimez faire ça?
- Oui
- vous savez pour qui vous travailler?
- Pour les Orchidées (l'ESAT qui soutraite)
- Mais si c'était pas pour eux vous le feriez?
- Bah non.
- Et si une entreprise vous payait pour le faire, vous le feriez?
- Bah oui.

Après ce court dialogue, j'attends le prochain directeur qui viendra me dire que la valeur travail c'est tout ce qu'ils réclament parce qu'ils veulent être "comme tout le monde". Que la valeur consommation n'existent pas puisque des gens travaillent bénévolement.

Aujourd'hui j'ai eu honte de faire mon travail. Vraiment honte. Parce que mon travail est devenu une exploitation du mon du handicap. Je ne leur suis plus d'aucune aide.

Et c'était mon pavé dans la mare pour la mère Cane