Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mercredi 19 septembre 2012

protéger ou affronter

Je lis, j'entends, ici ou là, deux courants d'éducations qui s'affrontent. 

L'un consiste à protéger nos enfants le plus longtemps possible des violence et des difficultés du monde. Il faut lui donner le meilleur, éviter de le confronter trop tôt au monde, profitant du monde de la petite enfance, le plus longtemps possible. On trouve des parents qui préfère éviter la crèche, prendre un congé parental, donner le sein le plus longtemps possible, porter contre soi son enfant, pour que la séparation se fasse le plus en douceur possible.

L'autre consiste à habituer très vite son enfant au monde qui l'entoure. Le socialiser très jeune, l'emmener partout pour qu'il s'habitue au monde, au bruit, aux autres, l'emmener visiter des musées, des parcs, le sortir un maximum pour découvrir sa curiosité...

Je ne me reconnais ni dans l'un ni dans l'autre je l'avoue. Je culpabilise toujours, de ne pas être assez avec elle, pas assez jouer, ne pas être assez câline. Et en même temps, je suis fière quand on me dit qu'elle joue seule, se démerde, s'adapte et est facile.

Et puis je culpabilise aussi de ne pas sortir, l'emmener au musée, dans les parcs, de préférer le jardin au toboggan. Et puis, je suis contente de la voir inventer des jeux dans le jardin, de la voir s'intéresser d'elle même aux livres, à la musique, aux étoiles...

Pourtant, et ça ne concerne que moi, moi-même et je.... Mais j'ai l'impression que ce qui marche dans ma maison à moi, c'est justement un mélange de tout ça. Je peux sauter sur le lit avec elle, faire es bulles dans l'eau, faire des concours de "akicrieralepufor" (le jeu préféré de son père) et puis je peux aussi punir, la laisser tester des trucs un peu dangereux qu'elle se fasse un peu peur (bon j'avoue que quand elle se casse la gueule dans la pente avec sa trotinette, c'est surtout moi qui ai peur...), histoire qu'elle comprenne ce qui est dangereux et ce qui n'y est pas...

C'est pour ça que les bons conseil du docteur Lachéleurlagrape et du psychologue Michelle Abesoidesamamanjuskasédouzeans, je ne les lis plus, ne les écoutent plus, ne les abordent plus. Je fais de même avec les blogueuses qui m'expliquent par A+B qu'arrêter de les porter avant 3 ans prévaut d'une dangerosité pour leur santé mentale pour ma fille.

Un jour j'ai lu une phrase très juste de de Claude Halmos (comme quoi j'en lis un ou deux) qui disait que les parents d'aujourd'hui recherche des réponses avant de se poser les questions. Parfois, il suffit juste de s'apercevoir que ce sont des questions de bon sens, ou de prendre son temps et la solution viendra par elle-même.


Parfois j'essaie juste de me boucher les oreilles, et d'être à l'écoute de ma petite voix intérieur, de ma fille... et puis ça roule.