Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 26 novembre 2012

Mon pavé dans la marre: Le viol

Hier c'était la journée contre la violence faites aux femmes.

Hier soir, j'ai regardé sur France 2 ces témoignages de femmes sur le viol.

J'aurais pu ne pas en parler.

J'aurais pu me dire, comme souvent, "c'est un sujet voyeuriste"

Sauf que.

Sauf que dans mon entourage proche, chez mes amis proches, je connais trois filles qui ont vécue, subit un viol.

Trois. Trois qui sont suffisamment proches pour m'en parler. Combien d'autres? A qui je parle tous les jours ou souvent ont été touchée, violée?

Je ne parle même pas des garçons... Souvent encore plus muets, plus touchés par cette culpabilité. Un viol dont on parle peu.

Là où je suis en colère c'est qu'en France, un viol devrait être punie de 15 ans d'emprisonnement minimum. Parce que c'est un acte barbare. C'est douloureux physiquement. Mais c'est un acte violent psychiquement aussi.

Mais en France, peu d'homme prennent 15 ans. 8 ans est la moyenne requise, sans parler des remises de peine.

Il y a plusieurs points sur lesquels ça me fout la haine, ces 8 ans moyens. 

D'abord parce que, je me pose la question de comprendre comment une victime peut avoir envie de tout déballer, de raconter, plusieurs fois son récit, parfois remis en question, à des inconnus, quand elle sait qu'au bout du compte il n'aura même pas le minimum, que son état de victime ne sera reconnu qu'à moitié. Parfois même pas....

Ensuite parce qu'ils fournissent tous les arguments qui me révulsent aux partisans de  la peine de mort. "Pourquoi ne pas donner la mort quand les hommes ne sont pas punis?". Parce que les hommes n'ont pas à rendre la barbarie contre de la barbarie... Que bien sur, si ça arrivait à la crevette, j'aurais envie de les tuer. Mais je ne suis pas juge. Je n'ai pas appris à séparer affect et cérébrale. C'est bien parce qu'on s'en remet à des personnes impartiales, qu'on leur fait confiance, que la punition doit être appliquer à la lettre. Mais cette confiance doit être suivie, merde. Cette confiance de la victime en la justice ne doit pas être broyée, perdue...

Enfin, parce qu'il n'y a pas de suivie à la sortie. Ces hommes ressortent. Ils ont vu un psy une fois par mois pendant huit ans. Et on les remet au monde, avec rien. Pendant 8 ans, ils n'ont pas vu une femme, pas eu de relations sexuelles, et ils sont remis à la société sans suivies. Sans rien.

J'enfonce des portes ouvertes là, je le sais bien...

Mais malgré ces portes ouvertes, enfoncées maintes et maintes fois, les lois ne bougent pas. Les hommes sont toujours aussi peu condamnés, toujours remis aux monde, et les femmes sont toujours autant maltraitées, les enfants toujours autant violés.

Parce que je suis une femme, parce que j'ai une fille. Parce qu'elle a une malchance sur huit d'être violée un jour, parce que, justement c'est une fille, j'ai le devoir d'en parler et poser ma pierre à l'édifice.

Aujourd'hui, ne m'en veut pas Mère Cane. je reprend mon pavé pour participer à cet édifice, qui veut que les femmes soient mieux protéger, en France. Une tour qui promettra à nos filles qu'elles peuvent sortir en toute sécurité. A nos fils qu'ils n'ont plus à avoir peur. Mais aussi que les femmes sont leurs égales. Et qu'un viol n'est pas un accident de la vie. C'est une tentative de meurtre, un acte de barbarie, une violence sans égale.