Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

vendredi 1 mars 2013

Être de la médiocrité commune

J'adore la parenthèse inattendue présentée par Frédéric Lopez. Cet homme a 1a capacité, l'écoute, l'attention ça se lit dans ses yeux. Il nous fait écouter ces gens, insaisissables, qui se laisse dévoiler avec douceurs et honnêteté. Je suis peut-être naïve mais j'aime cette douceur qui se dégage de cette émission...

Ce mercredi les invites étaient Philippe Gildas, Tony Estanguet et Virginie Effira. Je trouve l'émission passionnante surtout que j'ai beaucoup d'empathie pour les trois.



Mais soudain, Virginie Effira a cette phrase (sans doute provoquée par les hormones de grossesse, je l'espère) qui me laisse coit,

"... Avoir envie de s'élever au dessus de cette médiocrité commune c'est pas mal"

Pas très réveillée à ce moment la, et la phrase n'était pas très claire, ai-je fais une confusion entre le quidam auquel j'appartiens ou bien parlait elle de la vie en général? Toujours est-il que cette petite phrase ne m'a pas quittée, et comme je suis du genre à réfléchir pour rien, j'ai rumine pendant trois jours.

Être quelqu'un. Est-ce ça s'élèver au dessus de la médiocrité commune? Mais être célèbre, est-ce que c'est être quelqu'un?

J'estime être quelqu'un. Pourtant je ne veux pas de la célébrité, cela ne m'attire pas, mais pas du tout...

Mais j'estime aussi que Sabrina, la résidente délurée et fatigante est quelqu'un. Comme j'estime que Dominique Strauss Khan, tout oreolé de diplôme et d'expérience est quelqu'un de médiocre, a l'instart de Michael Vandetta ou bien d'autre.

Être au dessus de la médiocrité, pour moi, c'est être honnête avec soi et avec les autres. On peut être quelqu'un en étant Mendiant, et n'être rien en étant roi.

Je suis quelqu'un de différent et d'unique. Je suis quelqu'un qui fait du mieux qu'elle peut non pas pour attendre les lauriers mais pour pouvoir, un jour, très lontain, un jour ou ma vie sera finie, me dire que je peux partir en paix parce que j'aurais fait quelque chose de ma vie.

En attendant ce jour, je fais partie de la masse qui est parfois médiocre mais parfois humaine, belle et surprenante. Je suis dans la masse donc dans la vie. Et je suis quelqu'un. Je dirais même avec une certaine prétention que je m'accorde, je suis quelqu'un de bien...


On m'informe dans l'oreillette que je n'ai pas tout à fait compris ce qu'elle avait voulu dire. Je suis revenue voir sur pluzz et, il est vrai, qu'elle parlait plutôt de la transmission et de la volonté d'aller plus loin, et que du coup, il y a eu comme un electrochoc dans mon cerveau révolutionnaire qui a provoqué cette erreur... Mais je dois bien dire que la phrase portait à confusion (surtout pour in cerveau révolutionnaire!!!). Je présente toutes mes excuses à Virginie Effira.