Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

dimanche 17 mars 2013

Mon pavé dans la mare: le culte du corps

Je lisais ce pavé hier soir, et je réflechissais sur la notion du beau, de la beauté du corps hier soir. Et puis ce soir je tombe sur un reportage sur Sept à huit d'une jeune femme handicapée physique, blogueuse qui racontait ses difficultés et les regards des autres.

Nous avons éclaté de rire avec chéri quand elle a raconté que "les gens s'imaginent qu'on se retrouvent dans la fête à boire du jus d'orange hard discount en faisant des coloriages..." et puis ça me touche en pleine tête et je fais cette réflexion haut et fort à chéri: "c'est fou quand même! Le culte du corps. Sous prétexte que tu as une partie de ton corps qui ne fonctionne pas, tu n'es pas admis dans la vie de tout le monde"

Nous vivons dans une société d’esthète. Si tu n'es pas mince, sportif, grand, un physique agréable, et avec un corps qui fonctionne tu n'es pas désirable.

Pourtant, si on étudie l’esthétique ne relève pas de la vue, mais bien des sens. Mais je ne sais pas ce qu'il s'est passé dans cette société pour que tout à coup les corps prennent tant d'importance...

Mon corps est une enveloppe. J'aime beaucoup cette expression que je trouve très juste. Quand je reçois du courrier, si l'enveloppe est jolie, alors je suis contente de l'attention qu'on y met. Mais si l'enveloppe est vide, ou si c'est une lettre mal écrite ou écrite à la va-vite, je suis triste qu'on ait mis tant de temps dans cette enveloppe et si peu dans ce que l'on voulait m'envoyer. 

Mais dans une enveloppe blanche, une lettre d'amour, enflammée, me touchera et m'enverra au septième ciel.

Pourquoi demandons nous plus à nous même. Pourquoi n'envisageons nous pas qu'une personne handicapée, sans bras, sans jambes, obèse peut avoir la même vie épanouie que nous. J'avais envie de vous raconter tel ou tel que je connais qui ont eu une vie parfaitement normale. Mais déjà énumérer ces "cas", c'est les mettre de coté, à part. Je ne fait pas de différence. Ce qui m’intéresse c'est ce que sont les gens... pas ce qu'ils montre être.

Bien sur je suis comme tout le monde si je croise une maman en fauteuil avec ses enfants, ça m'attire l'oeil. Mais si elle me manque de respect, je le lui dirait, avec ma verve habituelle car ce n'est pas parce qu'elle est en fauteuil qu'elle est exempte de tout reproche.

Parfois j'aimerais voir Ariane Mnouchkine à la une de ELLE plutôt, que Estele Lefebure. Parfois j'aimerais que les seuls médias qui parle de Roland Barthe, en parle avec facilité et aisance, de manière a donner envie au gens de le lire. Lui, pourtant qui, dans la chambre claire, exprimait très bien comment l'image et l'utilisation de la photo pervertissait l'opinion, l'idée, la formation de l'idée. 

Parfois j'aimerais qu'on nous parle du fond plutôt que de la forme... Parfois j'aimerais qu'ontende le micro à ceux qui ont des choses à dire plutôt qu'à montrer...

Et c'est mon pavé pour la mère Cane