Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

dimanche 23 juin 2013

La claque

Il y a des "modes" de combats et d'investissements. Il y a eu le sida, le cancer du sein, il y a quelques mois c'était la tauromachie, aujourd'hui c'est la claque, la fessée, las châtiments corporelles donc.


Je ne donne pas de fessée. Ou disons que je n'en donne plus.

Pour autant je n'associe pas la claque vu dans ce spot et les tapettes sur les fesses que j'ai pu donner. Mais n’arrêtez pas de lire maintenant ulcéré par ce que je viens d'écrire parce que ce n'est pas pour autant que je ne suis pas pour la fessée. 

Ni contre d’ailleurs. "Ah mais c'est quoi alors???"

En fait ce qui m'inquiète c'est comment on y arrive.

Analysons la première fessée que j'ai donné à ma fille. 

Eloïse a 15 mois, nous venons de déménager, je viens de rentrer de mon boulot, je suis crevée. Comme d'habitude je suis seule avec ma fille, jusqu'à 21h00, mon mari ne rentrant pas avant. D'ailleurs je suis dans une période où je vais encore très mal: ma grand mère est de plus en plus malade, mon boulot va mal, je me sens très seule dans ce village où je connais peu de monde, et les premiers pas de ma fille sont pour elle les expériences de toutes ses découvertes et la suivre m'épuise.

Je pense à aller consulter mais sans permis avec un enfant en bas age et pas vraiment de moyen de garde à part mes beaux parents, je ne vois pas trop comment faire... bref tout me semble compliqué. 

Je parcours internet pour discuter avec mes copines, seul lien social du moment. 

Ce soir là, donc, j'en ai gros sur la patate. Et Eloïse est déchainé. Au moment où je lui refuse de jouer avec la souris de l'ordinateur, je me prend une baffe dans la tronche. Une vraie baffe, voulue et pas donner de main morte avec ses petites mains de 15 mois.

C'est la goutte d'eau qui a fait déborder mon vase. Une petite claque sur la couche est partie. Je sais bien qu'elle n'a pas eu mal, voir, qu'elle n'a rien sentie, mais le geste est partie, et je me rend compte que malgré toutes mes convictions je suis capable de faire CA! 

Je l'emmène dans sa chambre et je lui explique que je suis très en colère, que je reviendrais quand je serais calmée.

J'ai compris qu'il était temps d'en venir aux punitions, pour lui faire comprendre quand elle va trop loin.

Puis ma réflexion m'a amené à penser, à repenser ma façon de faire. Depuis nous avons mis en place des petits bonhommes gentils et des petits bonhommes méchants qui symbolisent bêtises et bonnes actions. Au bout de 5 bonnes actions, Eloïse a le droit à un cadeau pendant les courses. Au bout de 5 bonhommes méchants, c'est une punition. Tout est très bien compris par Eloïse et nous nous rendons compte qu'elle sait très bien faire le point sur ses bêtises et ses bonnes actions. Proposant elle-même parfois de mettre l'un ou l'autre.

Mais voilà. Moi j'ai lu, j'ai fait des études d'éduc, j'ai appris, vu, compris comment une fessée est aussi l'aboutissement d'un "je ne contrôle plus rien". On ma donné des outils, et des techniques éducatives, et en plus, j'ai de la chance j'ai une enfant hyper facile...

Mais comme dirait l'autre, quand on a un enfant il n'y a pas de mode d’emploi hein! Alors que ce serait-il passé si j'avais eu des parents qui m'avait élevé avec une "petite" fessée de temps en temps. Que ce serait-il passé si j'avais été vraiment seule, sans cette apprentissage et désœuvrée face à cette enfant qui ne m'écoutait pas.

Et surtout comment aurais-je vécu ce spot hyper culpabilisant, qui ne propose pas de solution, mais qui dit juste "c'est mal"!

On vit dans une société où tout le monde semble savoir mieux que vous comment élever votre enfant. Avouez! Combien d'entre vous n'ont jamais entendu "il faut faire comme ça". On en perd tout sens commun, courant les spécialistes et les psys qui se raccordent le mieux à notre paix intérieur, et qui justifient nos actes.

Mais des vrais professionnels, compétants, de l'éducation, vous n'en rencontrez que quand vous êtes totalement défaillant. Vous avez bien la PMI pour la petite enfance, mais ensuite?

Alors l'idée de ne plus donner de fessée soit. Mais que propose t-on aux mamans et aux papas à la place?

Voilà, au lieu de dépenser des mille et des cents dans des films qui à mon sens ne sont là que pour créer de la bonne ou de la mauvaise conscience, je pense qu'il serait bon de former des professionnels, des maisons vertes pour accompagner et rassurer les jeunes parents. Et surtout, de dédramatiser, et de trouver d'autres solutions.... qui nous conviennent.

Et c'est mon pavé dans la mare pour la mère Cane