Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mercredi 21 août 2013

Mon pavé dans la mare: Je punis, tu punis, il punit

Soyons clair: je suis une vieillotte de l'éducation...

Oui, je sais j'ai déjà fait scandale en disant que j'estimais que ma fille petite, du moment qu'elle ne le réclamait pas, je préférais qu'elle vive sa vie et qu'elle découvre le monde, que par conséquent j'étais pro-poussette, biberon et autre nounou qui ouvrait ma fille au monde. On range les mégaphones et les tomates pourrites... Chacun ses choix je vis bien le fait que tu veuilles allaiter ton lezard pendant 3 ans, et que tu n'envisage pas la vie sans porte bébé.... Non seulement je le vis bien mais en plus je m'en tape comme de la première crotte de nez de Giulia Sarkozy (d'ailleurs je me demandais si on faisait des crottes de nez intra-utéro??? Bref... je m'égare)


Donc aujourd'hui, à croire que j'aime les bâtons, je vais aborder un sujet crucial: la punition. (oui, je sais après la fessé, je fais chier quand même...)

Après le haro sur la fessé, donc, nous voilà dans l'air du "no punition". Je vais vous calmer tout de suite, ma voisine m'a prêter tous les livres sur le sujet donc je  le connais, mon sujet. De plus je rappelle pour les deux qui arrivent en force pour crier "au scandale" que je suis éducatrice et donc par conséquent, lu pas mal de livre sur l'éducation, donc ça va j'ai de quoi me faire une idée du sujet.

Donc maintenant que les choses sont posées, je peux vous exposer mon sujet: je suis pour la punition. Et non seulement je l'applique mais je félicite, encourage et récompense quand ma fille est sage et qu'elle respecte les règles.

La première raison pour laquelle je suis pour la punition c'est qu'elle fait partie de la vie. En tant qu'adulte nous sommes tous soumis à la sanction. Si vous roulez à 160km/h sur l'autoroute vous risquez de vous prendre une amende en conséquence. Si demain vous volez une voiture, vous risquez la prison. Si vous ne payez pas vos impôts à temps vous avez 10% d'augmentation. La sanction existe, et il est de notre rôle en tant que parent, de les préparer à entrer et comprendre les règles de la société. Par conséquent, dans un monde rassurant qu'est la maison, il y a des règles, si tu ne les respectes pas tu es punis en conséquence.

Deuxièmement, la sanction ne s'oppose pas à l'explication. Prenons un exemple simple. Éloïse n'a pas le droit d'aller jouer dans le jardin sans nous prévenir. La première fois, je lui explique pourquoi: la maison est au fond du jardin, elle pourrait faire une mauvaise rencontre. De plus il y a un puits, et même si elle sait que c'est dangereux, je veux pouvoir guetter que tout va bien.
Mais ma fille est têtue et y retourne sans me prévenir. La deuxième fois je reprends mon explication. Mais cela ne suffit pas. Le troisième jour elle y retourne. Cette fois ci, en reprenant mon explication, je la préviens "Je sais que tu as compris, la prochaine fois, tu auras un petit bonhomme méchant..." (J'explique tout là si tu n'as pas le courage d'aller voir plus loin...). Au bout de la quatrième fois, Eloïse a un bonhomme méchant, elle est prévenue.

Et comme par hasard, dans ces cas là elle n'a pas de sixième tentative.

Je n'abuse pas de la punition. D'abord parce que j'estime qu'un enfant a aussi besoin de tester les limites de l'adulte et qu'il a aussi le droit de se tromper. Et puis j'estime que dans la vie, quand tu fais quelque chose de bien tu as aussi le droit à un retour. Donc nous avons mis en place les bonhommes gentils et les bonhommes méchants qui au bout de 5 bonhommes donnent le droit à un petit livre ou une punition.

Et puis il y a des choses qui mérite la punition tout de suite. C'est très rare mais il y a des actes que je ne tolère pas. Eloïse a par exemple récemment levé la main sur sa grand-mère. J'en parlais aujourd'hui avec une personne qui milite pour l'éducation sans punition. Elle m'expliquait qu'il fallait lui expliquer que si elle est en colère contre sa grand-mère elle peut lui dire et lui expliquer, sans lever la main. 

Moi, je dis non. 

Éloïse est une enfant et devant l'interdiction que lui donne sa grand-mère elle n'a pas à être en colère. Une règle est une règle, Éloïse a 3 ans elle n'a pas à les discuter... Encore moins à lever la main sur elle parce qu'elle ne l'accepte pas. Je lui ai demandé de s'excuser, je lui ai répété que quand elle était chez ses grand-parents elle devait leur obéir et que par conséquent, elle n'irait pas à la piscine avec sa mamé la semaine prochaine.
Selon moi, la punition n'est pas humiliante mais structurante et rassurante. Elle est là pour dire: tu connais la règle et tu la transgresses et comme je t'aime, je dois te donner les règles pour que plus tard tu ne sois pas perdu dans une société qui ne prend pas le temps de la pédagogie, mais de la sanction...

Les fameux petits bonhommes...
Pour moi, l'éducation c'est comme une maison où peu à peu on ouvre les portes. Si tu as un enfant, tu ne le laisse pas partir en lui expliquant simplement que dehors il y a des dangers. Tu fermes les portes à clefs, puis tu tourne la clefs et enfin tu ouvres les portes et tu les laisses s'en aller.

La punition, c'est comme une clef pour ouvrir la porte: une fois que tu as compris le danger ou l'interdiction alors tu peux la tourner dans la serrure...

Et c'est mon pavé pour la mère Cane