Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

samedi 23 novembre 2013

Accouchement et tortures

Je suis tombée ce matin sur cette de Marie-Hélène Lahaye, qui je l'avoue m'a beaucoup choqué. Ici, je l'ai toujours clamé haut et fort, à partir du moment où tu t'exprimes poliment, que tes propos ne sont pas répréhensibles, et que tu ne cherches pas à régler tes comptes tu es la bienvenue (oui, être ouverte d'esprit nécessite quand même quelques règles), même si je ne suis pas d'accord avec toi. 

Donc sur le fond du sujet, je n'ai rien à dire à Marie-Hélène, si elle pense qu'en effet accoucher à la maison est bien meilleure pour une maman, c'est son droit. Je ne me serais pas fendu d'un article pour si peu.

Là où je ne peux pas rester muette c'est plutôt sur la forme et les arguments qu'elle emploie: parfois faux, parfois exagéré et surtout un peu honteux face à la vraie violence faite aux femmes. Reprenons donc son texte point par point.

Reprenons...

"Pour les profanes du sujet, je rappelle qu'accoucher c'est très simple".
Que ce soit naturel, soit... Mais simple voyez vous je ne crois pas. Bien sur, l'envie de pousser est inné comme quand on a envie de faire caca on pousse. Mais prenons mon cas où il fallait expulser en moins de 5 minutes parce que ma fille était en train d'étouffer sous des contractions trop violentes. Mais heureusement que j'avais la sage femme pour m'expliquer ce qu'il se passait! Sans elle j'aurais accouché naturellement, et ma fille serait morte. 
Il y a aussi les femmes qui ne savent pas pousser au bonne endroit, enclin à la douleurs, elle ne sont plus apte à écouter "la nature".
Non accoucher ce n'est pas simple, c'est pour cela qu'on a formé des sages-femmes, ce qui a considérablement diminué le nombre d'enfants morts à la naissance, tout comme l’installation des maternités, une meilleure compréhension et application de l'hygiène et des premiers soins...
Reprenons la comparaison avec le fait de vomir. Bien sur que quelqu'un t'a expliqué enfant comment vomir. Non ce n'est pas inné. Oui, petit c'est ta mère qui t'a expliqué comment se pencher au dessus des chiottes, qui t'a tenu les cheveux, qui t'a rassuré en te disant "respire, calme toi". Bien sur que cela vient d'un apprentissage. L'homme est a 99% un être cultivé, c'est même cela qui lui a permis une perpétuation de l'espèce...
L'accouchement, c'est pareil. D'un temps où les mères expliquaient à leurs filles comment accoucher, avec des erreurs due à une méconnaissance médicale, des professionnels sont venus prendre du recule et rassurer les mères, les accompagner. Sinon en effet, on pourrait se dire "chacun pour soi et dieu pour tous". L'accouchement n'est plus uniquement une affaire de femme. Mais bien de couple, aider par un ensemble de gens qui sont là pour les aider. Et c'est, à mon sens tant mieux...

" Il vous semblerait saugrenu de vous coucher sur le dos avec les jambes en l'air au moment où vous sentez votre nausée se transformer en probable évacuation de votre bol alimentaire. Une telle aberration n'empêche pourtant pas l'obstétricien d'obliger une femme qui accouche à se mettre dans cette position. Il s'agit pourtant de la position la plus inconfortable quand on est enceinte. N'importe quelle brochure médicale, n'importe quel magazine féminin, le moindre site internet accompagnant la grossesse conseillent aux femmes enceintes de dormir sur le coté, et non sur le dos, pour des raisons de confort,(...)Certains hôpitaux assument jusqu'au bout leur caractère tortionnaire en n'ayant aucune hésitation à attacher les femmes à la table d'accouchement."
Alors là, je suis désolée mais je ne sais pas où elle a accouché la dame, mais perso, moi quand j'ai accouché on m'a demandé comment je voulais me mettre. Pour vous dire qu'on était prêt à me laisser faire ce que je voulais, c'est que j'étais couchée, la tête calée contre le rabat du lit, prête à me faire un torticolis. Mais on m'a laissé faire.

Maintenant certes, il y a des incompétents et des fous partout mais si on vous attache à la table sachez mesdames qu'il y a des lois en France qui vous garantissent votre bien être et pas de sévices. Par conséquent vous pouvez demander à rencontrer le conciliateur de l’hôpital, qui est un soignant ou un soigné et qui vous donnera les démarches à suivre pour porter plaintes et se portera avec vous partie civile si nécessaire. Donc je ne dis pas que c'est faux. Je dis juste qu'on n'est pas à Kaboul et qu'il y a des solutions... Je vous laisse les infos ici... le rôle du médecin conciliateur

"S'ajoute l'interdiction de manger et de boire pendant de nombreuses heures uniquement destinée à l'hypothétique situation exceptionnelle où une anesthésie générale devait se décider en urgence. "
Hypothétique? Vraiment?
D'abord ce n'est pas pour une anesthésie générale mais bien pour une anesthésie tout court. C'est à dire que même pour une simple péridurale il est déconseillé de manger, provocant des vomissements pas vraiment gérable pendant l'accouchement.
Sinon pour "l'hypothétique anesthésie", sachant que 20% des naissances sont faite par césarienne, et que 8% environ sont faite d'urgences, on est quand même en train de condamner pas mal de monde à ce train là... Perso, ne pas manger pendant 12h, je n'ai pas trouvé que c'était franchement une torture (pourtant je te jure que manger pour moi, c'est aussi important que de regarder la derniène saison de Friends, c'est dire) et en plus tu es sincèrement occupée à autre chose, donc on t'annoncerait la troisième guerre mondiale, ça te ferait autant d'effet que d'apprendre que Ingrid Chauvin a en fait 45 ans et deux mois.

 "L'exposition pendant des heures à la lumière forte, aux bruits continus et aux ordres hurlés, accompagné de privation de nourriture, sont les ingrédients de base des techniques d'interrogatoire renforcées notamment utilisées par l'armée américaine sous l'administration Bush. Il s'agit de techniques visant à altérer la capacité de résistance des prisonniers et à interférer avec leur capacité de cognition et de concentration."
Alors là, j'ai failli m'étouffer avec mon muffin maison en lisant ça. En gros si tu es coincée sur l'autoroute sous un soleil tapant, que tu n'a pas mangé depuis 2h, avec les klaxons et l'auto radio à fond pour les enfants, tu vis la même expérience que Guantanamo. Qui d'elle ou moi exagère?

D'abord, moi perso, quand j'ai accouché, j'aimais autant que la sage-femme voit ce qu'elle était en train de faire, plutot que d'accoucher à la lumière de la bougie hein... Pour les bruits continues, j'ai somnolée une partie de mon accouchement, pour preuve que ça devait quand même être loin d'une soirée "fuck me I'm famous" à Ibiza.

Ensuite les ordres hurlés... Bah à part "allez, on pousse, on pousse, on pousse madame!!! Oui c'est bien!", je ne me suis pas sentie face à un adjudant chef de seconde zone... Je suis désolée je n'ai comme référence que mon propre accouchement, référence certes réduite, mais je préfère être honnête...

"Parmi les formes de torture les plus classiques figurent en bonne place les sévices sexuels en tout genre : obligation de se déshabiller et d'adopter des positions humiliantes sous le regard de nombreuses personnes, introduction de doigts et autres objets dans le vagin, viols y compris collectifs. Il n'est un secret pour personne que dans les hôpitaux, les femmes doivent se dénuder, s'exposer couchées le sexe nu à la vue de tous et subir des touchers vaginaux à répétition par bon nombre d'intervenants, en incluant parfois des groupes entiers d'étudiants."

Alors, toi, si tu compte avoir un enfant dans l'année qui vient, je vais t'annoncer un truc horrible, tiens toi bien: il va falloir que tu te déshabilles pour  accoucher. Mais je te rassure. Si ton accouchement se passe bien, qu'il n'y a pas de soucis, tu accoucheras avec une sage femme et une aide soignante. Si ça se passe moins bien on peut appeler le médecin de garde. Et si tu es ouverte et que ton accouchement est particulier (oui ça m'est arrivé alors je peux en parler), on va te dire "madame vous avez tel type d'accouchement, il y a un interne ici pour apprendre son travail, est ce que ça vous dérange s'il vient?". Heureusement d'ailleurs que cet interne était là pendant l'accouchement parce que c'est elle qui me rassurait pendant qu'on réanimait ma fille...

Je passerais sur la mutilation de l'épisiotomie, qui certes est franchement désagréable et peut laisser des traumatismes si il est mal fait (perso, le médecin qui m'a recousu était un gros con qui n'a pas jugé bon de me remettre un petit coup de péri histoire que je ne souffre pas). Mais je crois que pour la sécurité de ma fille j'aurais été prête à toutes les souffrance...

Y compris sur la comparaison avec le viol quand on mesure ta dilatation. La femme est donc sans cesse violée: un frottis? Un viol. La pompe qui retire le liquide amniotique? Un viol. Les premières échos? un viol. Chez les hommes, un touché rectal? Un viol. Mais vous déconné les meufs ou quoi??? On est quand même loin d'une bite enfoncé de force dans un vagin avec douleur, déchirement vaginaux, saignement.... Un peu de dignité quand même!!!!

Maintenant, accoucher sous la torture ça existe. Mais pas dans les hopitaux français. Il y a certes beaucoup de progrès à faire, on pourrait imaginer, accoucher dans plus de calme, de silence mais on est quand même loin de ça:

de cette petite fille de 9 ans qui accouche  après avoir été violée, ou ces femmes au Mexique qui prisonnières accouchent menottes attachés au lit, je ne parleraient meme pas de ces femmes qui dans certains pays ont des enfants hors mariage...
Et même restons en France... Que devons nous dire de ma résidente qui sans consentement a eu une ligature des trompes, ou celle qui a subit un avortement a 7 mois et demi de grossesse parce qu'elle était trisomique. 
Oui. Il y a des choses honteuses et qui se rapprochent de la torture en France. Mais par pitié, pas l'accouchement à l'hôpital... Un peu de respect pour ceux qui souffrent vraiment, ceux qui ont vraiment été torturée, et pour un corps médical qui dans la majorité des cas fait du mieux possible son boulot, et a sauvé aussi la vie de quelques uns de nos enfants... Merci.

Et c'est mon pavé dans la mare pour la mère Cane