Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 13 janvier 2014

Pourquoi je ne parlerais pas de Monsieur D. Et de sa spécialité lyonnaise

Je suis plutôt du genre à saute sur le premier article de presse traitant du racisme, de l'antisémitisme, des inégalités et autres actes mysogîne. Cela me vaut bien souvent des remarques du type "ça ne sert à rien" ou encore tu te bas contre des moulins à vent".Soit.

Et puis arrive "l'affaire", celle qui vaut un dossier de 12 pages dans libérations, des sketchs percutants et réussis de la part de Élie Semoun et autre bedos bien avisés. Et moi rien.

Certains s'étonnent, "tiens Mowgouaille, elle nous pond des article de deux tonnes cinq sur une pseudo mysoginie française mais rien sur l'affaire de Monsieur D."

Bah non. Et je ne le ferais pas. Pourquoi? Parce que je pense que les grands gagnants ce sont eux. Les  bras pliés, les racistes, les "anti-systeme". Alors qu'ils réunissaient des poignées de spectateurs, auquels ils assistaient un peu honteux, sous couvert d'excuses "non mais il ne le pense pas vraiment, il est noir", "c'est de l'humour", "je n'adhère pas à ces idées mais il est drôle et c'est bien écrit", le voilà avec la meilleur pub qu'il soit: la victime. Il passe soudainement de "celui qui va un peu loin" à "celui que l'on censure.

Et en France, pays de l'égalité et de la liberté d'expression, on ne peut s'empêcher de penser que celui qu'on sensure et celui qui dit une certaine vérité qui dérange. L'amalgame tout trouvé, puisqu'il doit se taire alors d'autres parleront à sa place et un peu partout.

Monsieur D. C'est comme les fourmis: si tu tues  la reine une autre vient a sa place. Si tu ne veux pas la voir dans ton jardin, la meilleure façon d'agir est de l'enfermer dans un fourmilier et de l'observer. Mais tu ne préviens pas l'ensemble de la fourmilière que tu vas la suprimer.

Bref mon pavé cette semaine sera court. Je ne vais pas rajouter de la pub à la pub. Déjà beaucoup trop de lumière a été faite sur cette histoire. Mieux vaut le laisser perdre de l'audience. C'est le seul bon côté de la une de Closer... On nous parle enfin d'autre chose...



Et c'est mon pavé dans la marre pour la mère cane