Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mercredi 26 février 2014

Et le mauvais père dans tout ça??

Aujourd'hui en rentrant chez moi, je me fais couler un bain, je m'installe sur mon mur facebook histoire de papoter avec les copines pour discuter du tremblement de terre chez Causette, de l'actu de nous quoi...

Et puis je tombe là-dessus... Un article de Nadia Daam (mais si tu sais la petite mignone et rigolote qui faisait le tour du web dans les maternelles ... Mais ça c'était avant!) qui parle d'un article :

Bonne mère  vs mauvaise mère.

Voilà c'est elle! Comme ça tu peux continuer mon article peinard



Donc si tu as bien lu, moi la feignasse, je voudrais juste rajouter un truc à l'article de Nadia auquel au passage j'adhère totalement. Un truc que j'avais déjà soulevé dans un débat aux e-fluent et auprès de mes copines blogueuse touçatouça...

MAIS LES PÈRES DANS TOUT ÇA???

Non mais merde quoi. Je veux dire, il y a toujours quelqu'un pour m'expliquer, que je cris trop, que je punis, que j'allaite, trop, pas assez, que je donne pas assez de légumes, que je devrais acheter de la marque, pas marque, pas en broquante... Que je, keje, keje....
Et son père alors? Combien de fois, me suis-je entendue dire, sous entendue dire que je ne faisais pas comme il faut? Combien de fois, je me suis en effet défendue en utilisant ce terme "mère indigne" que je trouvais drôle et cynique . Et lui? Combien de fois s'est-il entendu dire qu'il était un mauvais père? Jamais, d’ailleurs là où mauvaise mère est un concept, mauvais père est une expression incongrue... 

Nous voilà à faire des tranchés entre bonnes et mauvaises mères, maternantes et déculpabilisées... Chacune pourtant trouvant midi à sa porte, mais regardant l'autre comme une déviante, une anti-féministe ou une feignasse... 

Et pendant qu'on se bat nichon vs couches jetables, les mec ne se posent pas de question sur l'éducation de leur enfant, parce que eux, après tout c'est pas leur boulot... Ce sont des mecs.

Voilà Elssa, moi, j'en ai surtout ras le bol de devoir me justifier de ce que je fais ou ne fais pas avec ma fille.  Parce que moi, en effet, il y a toujours quelqu'un pour me dire que je fais trop de chose avec elle, que je l'écoute trop ou bien que je suis trop sévère avec elle et que je cris trop...

Mais qui tient ce discours à son père?

 De même, pourquoi moi, suis-je égoïste quand je retourne bosser après 8 mois de congé maternité alors que mon mec, qui rentre tous les soir à 21h, lui, personne ne lui dit rien?
Pourquoi lui quand il emmène sa fille à l'école le matin "c'est un père formidable et (je ne me) rend pas compte de la chance que" j'ai, alors que quand je dois faire 2km en 15 minutes tous les soirs pour arriver à l'heure pour chercher Eloïse, c'est parfaitement normal?

Pourquoi est-ce à nous Elssa de nous classer dans une catégorie "mère parfaite" ou "mère indigne", alors que les père eux ,"un câlin, un suppo et au lit" en font des héros internationales.

La conclusion de Nadia Daam est celle-ci: "Tant que la mère allaitante, au foyer et bonne cuisinière sera érigée par une grande majorité comme le seul modèle valable, on aura toujours besoin de mères pas assez bonnes."  

Et je rajouterais: tant que le père ne sera pas lui aussi jugé et estimé comme un père pas assez bon, alors le seul modèle valable risque de rester la mère parfaite...