Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 3 avril 2014

Et puis se taire

Evidemment.

Evidemment, j'y ai pensé quand c'est arrivé à Jane Birkin. Puis à Ingrid Chauvin. J'y avais pensé quand c'est arrivé à Patrick Chesnay ou à Michel et Stéphanie Fugain, alors même que je n'avais pas encore Eloïse.

J'y ai pensé quand j'ai ouvert ce blog.
J'y ai pensé quand elle a eu cette gastro aigue, qui la mis plus bas que terre.
En fait, j'y pense souvent, comme une peur profonde et sournoise.

Et moi? Comment je réagirais? Est-ce que je hurlerais à la mort? Est-ce que je me coucherais pour ne plus me relever?

Est-ce que j'aurais encore la force de vivre? Pour qui?

Voilà, c'est mon pire cauchemar. Ma fille c'est mon talon d'Achille: elle est touchée, je suis touchée. 

Alors oui, même si ça touche des blogueuses qui parfois m'agacent, même si je n'aime pas particulièrement Ingrid Chauvin, en tant que mère, j'ai envie de soutenir leur douleur, d'être là, à leurs cotés, ne rien dire, juste que c'est injuste et écouter leur peine.

Oui, juste dire, que quand une mère perd son enfant, ce sont toutes les mères qui pleurent.
Oui, quand un père perd son enfant, ce sont tous les pères qui sont submergé de colère.

Oui, quand un enfant perd son frère ou sa soeur, se sont tous les enfants du monde qui se sentent abandonnés.

Chère Maman, qui a perdu son enfant, qui que tu sois, célèbre ou non, je voudrais te dire que ton enfant est heureux là où il est, et toutes ces conneries qu'on entend, qu'on dit parce qu'on pense soulager la peine.

 Chère maman, je sais que ça ne sert à rien, mais même si ça ne sert à rien, sache que tu restes dans mes pensées. Que ta peine, si elle ne se partage pas, est comprise et entendue. Et que mon épaule est tout à toi.

Je n'oublie pas ce papa, tout aussi malheureux. Faites attention à vous, à votre amour, si fragile devant un tel malheur. 

Je vous laisse. J'ai été assez indigne pour écrire tout cela, ce que j'éprouve à entendre votre malheur. J'espère juste qu'un peu de chaleur aura été offert dans ce billet. Maintenant je me tais mais je suis là.




Sur le même thème vous pouvez lire le très beau texte de la Prune Blogueuse "Ce bonheur auquel je pense ne pas avoir droit
De même, Les jolies mots de La petit Laeti... Ce mauvais rêve.