Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

dimanche 18 mai 2014

Mon pavé dans la marre: Je ne sais plus quoi penser

Ici, j'ai toujours défendue la cause des femmes. En particuliers celles des toutes jeunes, mes héroïnes qui vont à l'école au péril de leurs vies, parce que c'est leur seul espoir de liberté... Il en faut des pères courageux qui bravent les regards de leurs frères au risque de perdre leurs filles pour qu'elles aient un jour la chance d'être l'égale de leur fils. Oui. Là-bas ces  combats sont des combats qui existent pour et par des désirs d'égalité, par courage tant par des hommes que des femmes et c'est ce qui force mon admiration.

Je m'étais insurgée contre les pauvres petites secondes offertes sur Europe1 pour les 150 fillettes empoisonnées pour être allée à l'école, j'avais crié ma tristesse puis mon admiration pour Malala. Depuis que je suis maman, évidement je me projette un peu plus, d'autant que je suis maman d'une petite fille, d'une future femme.

J'ai découvers cette histoire des fillettes enlevées au Niger au détour d'une phrase de Valérie Trierweller il y a quelques semaines sur twitter. Le soir, je regarde le journal télévisé, j'attends le reportage. Rien.

Le lendemain au journal de France 2, ce sera le 8eme sujet.

Puis quelques jours plus tard; quelques méga stars américaines se projette sur twitter avec leur fameuse pancarte: Bring our girl.



Au début, je me suis dit, pour de vrai: "Bah Boko Aram, une fois qu'il a vu Michelle et sa pancarte, il doit chier dans son froc...".

Ma première réaction, fut que tout cela me semblait dérisoire. Et puis, je me suis reprise "merde Mowgouaille! Tu te plains toujours que tout le monde se fout de la condition des filles qui tentent d'aller à l'école au péril de leur vie et là tu , n'es pas contente..."

Et puis je me suis rassurée, en me disant, que bon, il chirait peut-être pas dans son froc mais qu'en sachant que les plus grands veulent sauver ces filles, il les utiliserait peut être comme monnaie d'échange plutôt que de les vendre à de vieux pervers pour 10 euros.... Oui, je veux bien qu'on dépense 200000 dollars pour sauver la virginité, la dignité et la vie de gamines.... ça n'a pas de prix.

Et puis petit à petit, on a commencé à voir des célébrités se mobiliser. Je ne râle pas. Je trouve que si la célebrité peut servir à une cause autant que ce soit celle là: jusqu'à maintenant, à part envoyé spécial, peu se sont interessés à ce scandale, à cette horreur.

Mais peu à peu, les lumières sur ces enfants, se sont éloignées pour mieux éclairer Valérie et Julie présentes ensembles, Carla, présente aussi. Puis j'ai vu cette photo avec ces stars, en ligne, témoignant leur soutient. J'ai même cru que ce n'était qu'une manif people. Et puis en lisant cet article,  j'ai compris  qu'en fait non, derrière, il y avait des anonymes qui se moblilisaient. Et depuis longtemps...

Oui, je trouve soudainement tout ça très glauque . Je ne doute pas de la bonne volonté de ces femmes qui n'ont pour objectif que de faire parler de cette cause à travers leur lumière. Mais ça me ferait quand même mal au fesse de voir que ma brouille avec la nouvelle ex de mon ex passe avant ces fillettes qui risquent d'être violées d'un moment à un autre. Oui, j'avoue que l'intervention de Geraldine Nakache dans C à vous disant "oh, bah moi, j'ai eu un peu honte quand Liza (Azuelos) m'a parlé de ça, je n'étais pas au courant...". Bon sang, Geraldine! Tu ne savais donc pas que dans le monde TOUS LES JOURS des filles ne peuvent pas aller à l'école juste parce qu'elles n'ont pas de pénis???? Quoi? Il faut attendre qu'il y en ait 200 qui soient enlevées pour se dire, "tient faudrait peut être que je me bouge les fesses"??? Et surtout, pourquoi venir alors à C à vous? Pourquoi ne pas dire à Liza Azuelos: "Ecoute vas-y, et emmène une anonyme qui connait le sujet, qui aurait des choses à dire..."

Oui, tout ça me rend triste. Parce que ce soir, au journal, on n'en parlait déjà plus. Les lumières s'étaient éteintes sur ces jeunes filles. Jerôme Kerviel, ne s'était pas rendu. Les journalistes étaient trop occupés. Alors, voilà, je lance un pavé dans la mare: Reparlez nous très vite des ces jeunes filles. Tant qu'on en parle, on les protège de l'horreur.

Et c'est mon pavé dans la mare pour la Mère Cane