Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mardi 5 août 2014

Chère anti-feministe

Chère anti-feministe,

J'ai longtemps hésitée à faire un article sur ton mouvement. D'abord parce que tout à été dit. Ensuite parce que tu as le droit de penser que l'égalité homme-femme est à son comble et que franchement il y a d'autres combats... Il y beaucoup de combats à mener, je n'ai pas envie de m'engager à convaincre 3 wasp qu'elles ont tord alors qu'elles sont en démocratie: elles ont donc le droit de ne pas penser comme moi. Elles ont aussi le droit de ne réfléchir que pour elles. C'est la limite de la démocratie... 

Par contre ce que je peux t'expliquer c'est pourquoi moi, je suis feministe.
 
D'abord Il y a toutes ces raisons énoncées mainte et mainte fois sur ce blog: des petites filles empoisonnées pour être allées à l'école, des insultes pour des mini-jupes dans le métro, des mains aux fesses, des viols...
Ensuite parce que je repense à mes grands-mères. Ici, en France, il n'y a pas si longtemps, si tu voulais avoir un compte en banque, divorcer, avoir la garde de tes enfants, tu devais demander l'autorisation à ton mari. Tu ne votais pas, le viol conjugal n'existait pas plus que le naturel chez Emmanuelle Béart et on pouvait encore te mettre la pression pour épouser le fils du boucher parce que tu comprends la boucherie de ton père et la boucherie du fils Ganssier, ça pouvait faire une affaire qui marche.

"Oui mais ça c'était avant" tu me diras

C'est vrai. Revenons à une époque plus proche: celle de ma mère. Oh oui! Elle a été libre de choisir un métier, de faire des études et d'ouvrir un compte en banque. Mais elle a connu aussi l'époque où dès que tu faisais l'amour tu avais des chances de tomber enceinte. Et tu avais trois choix: te marier, être la risée du village, ou trouver une faiseuse d'ange. les risques? Mourir, être mutilée à vie, l'infertilité... J'en passe.

"Oui mais ça c'était avant".

C'est vrai. Mais maintenant je vais t'expliquer pourquoi le feminisme, pour moi on en a toujours besoin. Pourquoi, c'est un peu comme dans la pub d'Afflelou, ce n'est pas parce que tu mets des lunettes à Frederique Bel, qu'elle est moins blonde à forte poitrine...

En France, nous somme libre de choisir, nous avons les mêmes droits que les hommes et normalement nous devrions avoir les mêmes salaires. Le problème se situe dans la manipulation des esprits. Oui, je sais comme 90% des gens de ce pays tu es capable de réflechir toute seule et tu ne te laisses absolument pas influencer par le monde exterieur.

Sauf que comme moi, quand tu regardes les pubs à la télé et que tu vois Francine faire sa purée Mousseline, c'est de la pub. Et que si demain on met François, tu va t'arrêter en disant "tiens depuis des années, ils nous mettent Francine et tout à coup c'est François". Voilà, comment les médias t'ont implicitement appris que ta place c'était la cuisine.

Bien sur qu'il m'est arrivé d'avoir envie de rester à la maison et de m'occuper de ma fille. Mais ça n'étonne personne. Mais quand c'est mon mec qui tient le même discours tout le monde se retourne. C'est bien que le monde social pense que ce n'est pas sa place. Hors, ma fille a autant besoin de son papa que de sa maman... Pourquoi est-ce un homme formidable quand il amène sa fille à l'école alors que quand je cours le soir pour aller la chercher c'est juste normale?

Oh tu vas me dire, "c'est pas bien grave ce que pense les gens...". Bah si. Parce qu'un jour (et cela arrivera), il va y avoir un parti moins sympa que les autres au pouvoir et on nous dira (parce qu'on l'aura déjà accepté), "la place des femmes est auprès de leurs enfants. Donc on supprime l'avortement pour que chaque femme ait des enfants, et surtout on privilégie l'embauche des hommes, ça réglera les questions de chômage".

La liberté n'est pas un acquis. La liberté est fragile. Aujourd'hui j'ai une fille et je veux que demain elle ait le droit de choisir si oui ou non, elle veut rester à la maison pour garder ses enfants, je veux qu'elle trouve normal de voir son amoureux changer les couches, je veux qu'elle puisse choisir son avenir...

Nous somme garants (hommes et femmes) de la liberté que nous ont offert nos grands-mères.