Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 14 août 2014

La maladie de la politesse

Je lisais cet excellent article de Catwoman, et soudainement ça m'est revenu comme un boomerang... Cet article que je voulais tant écrire sur la dépression.  Cette maladie qui m'a touchée plusieurs fois dans ma vie. Cette maladie à laquelle je suis à la merci... Cette maladie, ma meilleure ennemie.

Mais je n'écrirais pas sur la dépression, j'écrirais plutôt sur ce qui la déclenche, l'enferme et isole le malade: NOUS. 


Allez, soyez trois secondes honnêtes avec vous même, qui n'a jamais dit: "Lui, il fait toujours la gueule", "Elle, ça ne va jamais...", "Elle pourrait se donner un coup de pied au cul au lieu de se plaindre!", "On n'est pas son psy, ses problèmes il les laisse devant la porte avant d'entrer", "elle est un peu soupe au lait non?".... Qui n'a pas acquiescé en entendant " Le sourire quand ça va pas, c'est la moindre des politesses", "Toi, tu as toujours le sourire même quand ça ne va pas et ça! C'est super agréable..."

Robin Williams disait: "J'ai toujours cru que la pire chose au monde était de finir sa vie  tout seul. C'est faux. La pire chose au monde est de finir sa vie avec des gens qui vous font vous sentir seuls".

Voilà la meilleure définition que je puisse donner de la dépression. Se sentir seul. Le fait est que tout à coup, à part ton psy, soit un inconnu de premier rang, tu ne peux te confier à personne parce que le monde entier pense que tu ne t'adresses pas à la bonne personne. Et personne, par ailleurs ne te propose la main, l'oreille, l'épaule ou son cœur.

Non. Tu pleures chez toi seul. Puis de temps en temps tu sors et tu souris, parce que l'autre ne doit pas te prendre pour un poids. Parfois tu oses laisser échapper un sous entendue. Mais personne ne comprend, ne t'écoute... On est dans l'ère d'internet, de l'immédiat, plus de place pour les sous entendu, ni pour les malaises...

Tu te sens seul. Un poids pour ta famille, un lourdaud pour les autres... C'est comme si tu étais dans une salle d'attente avec 8 valises de 12 kg et qu'à chaque fois que tu t’asseyais, il y avait quelqu'un pour te rappeler que tu prends trop de place.  Alors tu ne t'assois pas. Soit tu trouves une âme charitable pour te dire "attendez, je vais vous prendre une ou deux valises et on va parler", soit tu sors de la salle d'attente, tu ne participes plus à la vie...

Voilà. La dépression peut toucher chacun d'entre vous, vos enfants, vos proches. Alors quand vous voyez quelqu'un râler régulièrement, avoir un caractère changeant, être difficile, ou jamais content... Avant de vous in-supporter, de râler de sortir des phrases toutes faites, pensez à le rassurer, lui faire comprendre que vous êtes là, et que oui, il a le droit de s’asseoir 5 minutes pour discuter...