Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 25 août 2014

L'autre rive

Voilà. J'ai acheté du coca, de l'orangina, une grosse boite de bonbons, du savane et des gâteaux secs. Et je suis partie. J'ai traversé le pont, j'ai regardé une dernière fois le fleuve et les cygnes qui péchaient sous la pluie, j'ai pris ma dernière photo de la gare.



Je suis montée dans le train, sans ticket, malgré les contrôleurs dans le dernier wagon, j'ai regardé le paysage défiler, puis je suis arrivée à la gare. J'ai regardé ces escaliers, ces trottoirs qui m'avaient accompagné dans mes souffrances mais aussi dans mes choix, dans mes espérances et dans ma grossesse. J'ai jeté un dernier regard au deuxième étage de l’hôpital, où ma fille avait vu le jour.

J'ai sonné à la porte. Pierre est venu m'ouvrir, m'a demandé comment s'était passées mes vacances, politesse de rigueur. J'ai posé mes bouteilles et gâteaux. Malik m'a sauté dessus "ça va? ça va? Je suis content de te voir! oué, oué! ça va? ça va?". Sabrina et Marie m'ont sauté dans les bras... Alicia m'a parlé de son amoureux qui rentrait bientôt et Arthur rigolait de loin... 

On a bu un verre ensemble. Aline était là, enfermée dans son autisme et son silence, elle me regardait les yeux grands ouverts... Elle m'a fait signe qu'elle voulait du shwepps, tout en ne me lâchant pas du regard.

Nous avons pris des photos, souris, puis on s'est embrassés, certains m'ont serré dans les bras, ou laissé des baisers baveux. J'avais un peu la boule dans la gorge de les laisser là... Puis Sabrina a pleuré. Je l'ai prise dans mes bras lui disant que c'était la vie, que d'autres viendront et elle s'attachera à nouveau, mais que surtout qu'elle pense à elle, qu'elle fasse sa vie, qu'elle pense à sa vie. Elle m'a fait signe que "oui". 

Aline m'a embrassé. Ce moment rare, ces baisers qu'elle distribu au compte goutte. Un cadeau d'adieu.

Puis je suis partie.

Et là, j'ai eu un moment d'émotion. Je ne sentais plus trop mes jambes, mon coeur et ma tête étaient ailleurs... Je naviguais entre "libérée, délivrée" et "voilà c'est fini...". Le téléphone a sonné. C'était l'inspection, il manquait un papier à mon dossier. Voilà, j'étais professeur des écoles. En 2 heures ma vie venait de changer.

"Le train en direction de Melun via Champagne sur Seine va partir. Attention au départ"

Je suis seule dans le wagon. J'ai besoin d'ouvrir la fenêtre. Je prends la pluie de plein fouet. Elle se mélange avec ma larme... Je ne suis pas triste, juste émue, un peu déboussolée peut être. J'arrive à la première gare, à nouveau les contrôleurs, je me rassois. En face de moi une affiche hors saison:

La sncf vous souhaite une bonne année 2014:

2 beaux projets
0 chagrins
1 bonne étoile
4 fois plus de bonheur

J'ai pris ce train deux fois par jours pendant les 6 derniers mois et je n'ai jamais vu cette affiche. Je prends ça pour un signe de là-haut, mes 4 petites étoiles qui veillent sur moi, ma mamie qui sait me faire signe, ma mémé qui revient dans mes rêves, mon pépé plus pudique qui sourit dans un nuage, et mon papi. Mon papi qui a toujours rêvé d'être instituteur, qui n'a pas pu, parce que ses parents, immigrés italiens s'y sont opposés. Comment ne pas penser à toi, mon petit papi. Il aura fallu attendre 80 ans mais en réalisant mon rêve je réalise un peu le tien...

Voilà, je viens de traverser le pont. Je suis passée de l'autre coté de la rive. Je deviens une autre tout en restant moi-même, avec mes convictions, mon manque d'assurance, mes angoisses, et mes compétences. Je traverserais sans doute d'autres ponts, d'autres fleuves et d'autres tempêtes. Mais cette traversée là est sans doute une de mes plus grandes fierté...