Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 10 novembre 2014

Cher Monsieur Zemmour

Je vous écris pour vous parler de votre combat. Celui de représenter les classes populaires. Je le précise parce que vous avez l'air de mener plusieurs combat en même temps, donc voilà, vous êtes fier de représenter les couches populaires.

Sans doute je ne dois pas être de ces couches populaires. Je suis apprentie enseignante. Je gagne 1260 euros par moi pour que ces couches populaires n'existent plus, pour que Valentin, Rudy et Salima aient les mêmes chances de réussir que Cécile, Claire et Louis...

Sans doute parlez vous de ces petites gens, tels que mes grands parents, employés pendant 50 ans de leurs vie, femmes au foyer puis, avec un peu de chance et de travail, commerçants. Ces même grands-parents qui savaient eux, que Pétain ne protégeaient pas les juifs, ce grand-père au maquis, cet autres grand-père qui faisait de faux papiers aux juifs, et mes grands-mères qui, pour protéger leurs maris et leurs luttes, faisaient tourner la maison, mentaient à la milice, étaient prêtes à jeter un corps dans le Rhône.... Ah. Oui. L'un des quatre était d'origine étrangère. Il s'est battu pour la France.

Quand je vous entends parler de ces couches populaires, résonnent en moi avec émotion les dialogues entre mon père et le sien sur leurs désaccord sur la musique, le sport, la culture populaire... Parce que mon père, grâce aux religieux, avait acquis une culture que le sien avait abandonné à 13 ans. Pour venir en aide à sa famille.

Ah, je vous entend déjà. "Les immigrés d'aujourd'hui ne sont plus les mêmes".

Pourtant oui, je la connais cette "couche populaire". Je suis instit', j'ai fais des études, je gagne peu mais je la croise à l'école, je les vois dans les couloirs, je leur parle, échange avec eux. Je vois bien comment plus fragiles, ils se font manipuler par la télévision, les médias, par ceux qui savent... Puis comment en quelques mots immisce le doute. Ou parce que votre livre le montre très bien... Ils ne sont pas idiots. Juste, on ne leur a jamais donné les outils pour décrypter ce qu'ils voient, ce qu'ils entendent. Parfois prendre du temps dans une démonstration simple, et en les valorisant, leur montrant que non, ce n'est pas grave de ne pas avoir fait d'études, il faut juste apprendre à être vigilant et à remettre en question ce qu'on entend. Vous avez beau marteler par de grands "Mais NOOOOON.... JE N'AI JAMAIS DIS ÇAAAA...", je leur apprend aussi à remettre en doute votre parole...

Vous pouvez pensez que la femme est inférieure à l'homme, que les étrangers sont la cause de tous les maux de la France, etc... ça m'horrifie, ça me choque, ça me fout les boules mais fort heureusement, vous êtes libre de penser...

Mais ne parlez pas au nom des couches populaires. Parce que vous n'avez pas mis les pieds dans une banlieues depuis au moins 15 ans, parce que vous ne parlez plus à la couche populaire depuis que vous êtes sortie de l'école, parce que cette couche populaire, c'est celle qui m'a faite, qui m'a bougée, sortie de mes certitudes, qui m'a appris la tolérance et l'acceptation de la différente. On ne peut pas représenter quelqu'un qu'on ne connait pas, dont on imagine les croyances, les peurs et les difficultés.

Dire que vous les représentez, Monsieur Zemmour, c'est les prendre pour des cons. C'est s'habiller en Kiabi et dire "je suis comme vous" juste pour faire oublier que vous avez fait des études, que vous avez de l'argent, et que vous voulez le pouvoir. 

Mais on ne prend pas le pouvoir en traitant les gens de "cons". Un jour, ils comprendront que vous leur manquez de respect. Et la colère gronde. Vous pouvez faire croire que vous êtes du coté des plus nombreux mais quand les coupables ont disparus, on tape sur les traitres...