Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 24 novembre 2016

Merci

Depuis que je suis petite j'aime aider.
Je crois que j'ai accentué ce trait parce que souvent j'entendais mes parents, ma famille, dire "Cette petite est d'une générosité incroyable". Ça me donnait une identité. J'étais la petite qui donnait tout. 

Ma mère me raconte parfois que je cachais mon goûter dans le cartable de celle qui n'en n'avait pas parce que  je mangeais le soir. Une fois, j'ai donné mes basket neuves parce que les vieilles m'allaient très bien.

Ma tante a même retrouvé mon vœux de profession de foi: "je voudrais apporter mon aide aux autre pour œuvrer pour un monde de paix".

Naturellement je suis devenue éducatrice. J'ai fait de l'accompagnement mon métier. Mais être éducateur aujourd'hui s'éloigne parfois de l'accompagnement pour devenir du bouchage de trou. Moins d'humain, plus de dossiers et de professionnalismes.

Puis j'ai voulu devenir intit' spécialisée. Mais j'ai appris que ce n'était pas pour moi.

Puis je me suis retrouvée au chômage. J'ai d'abord compris que ne plus pouvoir aider les autres me manquait. C'était ma drogue à moi...

Puis j'ai parlé de ma situation à d'autres. D'abord il y a ceux qui prennent leurs distances. Il y a ceux qui sortent les traditionnels "mais tu vas rebondir". 

Et puis vient le temps où tout le monde oublie que tu es au chômage. On parle boulot, ras le bol d'y aller, des dilemmes... Je me rends compte que le boulot c'est un sujet de conversation super prisé. Moi je n'ai plus rien à raconter: je suis à la maison. Je fais les courses, le ménages, je lis un peu, je vais chercher Éloïse à l'école... Ma vie tourne en rond.

Et puis au milieu de tout ça, il y a des gens qui arrêtent le cercle pour qu'il ne tourne plus rond.

Il y a d'abord SNC,  une association qui m'aide à ne pas perdre pied, qui m'écoute sans me juger, me conseille avec lucidité et recule... Je ne sais pas trop si je pourrais avancer sans eux...

Il y a Guida qui m'a écouté et m'a présenté Marie.

Il y a Marie qui a écouté mon projet de dingue et qui m'a dit "c'est une bonne idée mais tu ne vas pas faire comme ça, puis tu vas venir chez nous faire un stage"

Il y a mes parents et mes beaux-parents, qui allongent les billets avant même qu'on n'en n'ait besoin pour que la maison soit payée et qu'on mange à notre faim.

Il y a leurs amis, qui, quand mes parents ne peuvent plus, prêtent à leur tour parce qu'ils ont confiance en moi, et en ma capacité de rebondir.

Il y a mon frère qui décale les paiements de la voiture de mes parents pour qu'ils puissent m'aider alors que noël approche et que lui et sa famille de 5 ont besoin de ces sous...

Il y a La mère Cane et Sparkling Mummy qui ne me parlent jamais boulot et m'accueillent avec des sushis et des sourires quand j'ai besoin de souffler, qui me proposent des sorties sponsorisées avec ou sans Éloïse parce qu'elles savent que je n'ai plus les moyens de faire tous les cinés et toutes les sorties possibles.

Il y a Lauriane qui dès que j'arrive avec un nouveau projet me dit "Mais oui!!!! Tu vas y arriver, je connais une fille..." et qui trouve toujours le bon exemple qui permet de raccrocher en se disant "moi aussi ça va marcher".

Il y a Julie et Sophie qui me fouttent un coup de pied aux fesses quand ça ne va pas.

Il y a Kristyna qui prend Eloïse les soirs où j'ai rdv avec SNC ou un entretien d'embauche, et que je n'ai pas de solutions. 

Il y a mon lardon qui tous les matins passe un tête en me demandant "ça va?", parce qu'il sait que tous les matins ne se ressemblent pas.

Il y a Caroline, Céline, et toutes les autres à qui je confie mon projet qui me disent "Mais c'est géniaaaaaaal, mais c'est trop fait pour toi". 

Il y a Agoaye qui me file le numéro de sa copine pour que je trouve un stage rapidement, alors qu'on a dû se parler une vingtaine de fois sur facebook....

Il y a Athanasios que je retrouve à Activ projet, alors qu'il était mon pion au collège, qui partage mes recherches de stages.

Il y a les copains de booktube, facebook, la petite library qui font pareil en laissant des petits mots d'encouragement à chaque fois....

Il y a Julie et Céline du 13 qui juste mettent le petit mot qui fait du bien, comme ça l'air de rien, genre "on dira que je ne suis pas là".

Et puis il y a ce restaurateur qui propose à Eloïse un cours de cuisine gratuit parce que c'est ce qu'elle veut pour son anniversaire. Puis qui, quand il apprend ma situation, nous propose une surprise aussi... Alors qu'on a dû échanger 3 fois et qu'on s'est croisé à une soirée une fois...  



Merci la vie de m'avoir appris à recevoir. Parce que tous ces petits gestes me permettent d'avoir un moral d'acier de monter un projet de dingue et d'y croire. 

Merci les gens, d'être là. Merci pour tout ça. Pour vous ça peux sembler dérisoire mais vous ne pouvez pas savoir à quel point la vie devient simple quand vous êtes là, combien elle reste belle et me permet de voir la vie avec espoir. 

Merci aussi de prouver que l'humanité n'est pas seulement peuplée de crétins qui pensent qu'à eux, râlant sur leurs canapés en pleurant sur leur situation et en pensant qu'on donne tout aux migrants qui arrivent pour nous piquer notre bon pain.

Merci d'être vous. Merci d'être là.

Et merci à Mathou de me laisser piocher dans ses illustrations sans rien me dire.