Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mercredi 21 décembre 2016

Coming-out

Oyé oyé brave gens... Une information importante va vous être donnée en ce jour du 21 décembre de l'an 2016. 13 ans que je me cache, que je n'assume pas, que je cherche des subterfuges et des mensonges quant à mon addiction, ... Mais aujourd'hui, oui, je suis prête à l'avouer, que dis-je à le reconnaitre.

Je regarde Plus Belle La Vie

Oui. Je sais: vous en vous attendiez pas à ça.


En fait, hier, je regardais le prime et l'émission qui a suivi. Et j'ai repensé à deux évènements qui avaient eu lieu chez moi dernièrement...

Première histoire

Chez nous, on est plus Arte et Woody Allen. Je l'admets. Je suis d'une famille de profs/ fonctionnaire, de gauche, et chez nous la culture, l'art avait toute sa place à la maison et était tout aussi importante que le français ou les maths. J'ai un oncle flutiste, des cousins chanteurs d'opéra, harpiste, metteurs en scène et comédiens. Et j'avoue que si j'avais eu une plus grande confiance en moi, j'aurais essayé de percer en tant que comédienne, j'ai adoré faire ça....

Bref.

 J'ai toujours regardé plus belle la vie, depuis le début. 

Entre temps, je me suis mise en couple, j'ai acheté une maison et j'ai eu un enfant.

 Chéri est très adepte d'Arte et ne comprend pas que je puisse regarder PBLV. Pour lui, il faut faire un choix.

 L'autre soir, nous avons eu cette conversation:

 - Je ne comprends pas que tu regardes ça 
 - Je sais tu me l'as déjà dit, mais je vais t'expliquer....
Pour la première fois il a accepté de m'écouter...

 - ....Si tu te détaches des décors un peu parfaits et des très beaux comédiens, c'est plutôt bien joué. Mais surtout, ça aborde des sujets qui ne sont abordés nulle part ailleurs: le mariage homosexuel, l'adoption par ces couples mais aussi le surpoids (dont nous sommes tous les deux atteints), l'exclusion ou l'immigration. Combien de séries as-tu vu qui traitaient de ces sujets? 

- Il y a des films qui...

 - Je suis au chômage et tu sais que nous n'allons plus au ciné depuis 6 mois parce que ça coûte trop cher. Pour beaucoup, non seulement ce genre de films sont inaccessibles car trop compliqués mais en plus ils n'ont pas les moyens d'aller au cinéma... Leur seule fenêtre sur le monde est la télé. On reproche assez a TF1 de manipuler le regard des gens. Pour une fois on explique de façon simple et réelle la condition des migrants et surtout la problématique de la Syrie (c'est un exemple). Sans prise de partie. Tu as des personnages qui expriment leur points de vue (les pour, les contre). Mais il n'y a pas de prise de partie: juste, les scénaristes exposent les choses telles qu'elles sont. Libre après, à chacun en connaissant ces réalités de se faire son propre avis. Alors oui, parfois des intrigues me saoulent et je les trouve un peu gnangnan, mais j'arrive parfois aussi à changer d'avis ou à trouver des arguments pour construire ma pensée. Alors si ça marche pour moi, qui suis capable d'aller voir des films de Ken Loach parce que j'ai eu les enseignements scolaires suffisants pour m'y intéresser, imagine le potentiel dans une famille qui n'a pas eu cette chance. Cette série rassemble et pousse la société dans le bon sens et donne de l'intelligence aux gens sans prétention. 

Il a accepté de regarder un épisode avec moi. Bon, ne soyons pas dingue: il a trouvé ça chelou et pas terrible. 

Même s'il n'a pas aimé, il a admis que cette série pouvait avoir un rôle social. 

Deuxième histoire:

 Nous avons regardé plusieurs fois PBLV avec Eloïse (7 ans). 
L'autre soir, elle rentre de l'école. 
- Maman Solène est amoureuse d'Océane. 
- Oui. Et alors? 
- bah il y a des garçons de ma classe qui disent que les filles doivent aimer des garçons. 
- Et toi? T'en penses quoi?
 - Bah, nous... on ne connaît pas de filles qui aiment les filles mais dans PBLV il y a des garçons qui s'aiment. Il ont même des enfants. Ils sont même mariés donc c'est possible hein?

 J'en ai profité pour lui expliquer que: 
1) On connaissait des garçons qui s'aimaient et que ça ne lui avait jamais posé de problèmes mais que pour certains ça posait un problème parce que c'était parfois difficile de penser que les gens pourvait être ou aimer différemment . 
Mais que j'étais très fière parce que, naturellement elle avait expliqué aux autres que ça existait et que, pour elle, ça ne posait pas de problème. C'était donc une preuve d'intelligence.

 2) J'en ai profité aussi pour lui dire que si un jour elle tombait amoureuse d'une fille, elle pouvait nous en parler sans crainte. On sera toujours heureux qu'elle soit heureuse. Elle m'a juste répondu 
"Non mais crois que je préfère les garçons. Mais tu sais, je sais que j'ai le droit aussi d'aimer une fille. On verra quand je serai Grande" 

On pourrait se dire que les films de Ken Loach pourrait me faire bouger mes lignes bien plus que PBLV. Mais bizarrement, si Ken Loach a la qualité de l'image, de la réalité des acteurs, fait des films où l'on se projette, je sais que quand je vais voir Ken Loach, je suis toujours conquise d'avance. Et peu de personnes qui ne sont pas conquis par ces certitudes iront voir ses films. Le truc, c'est juste que ça fait du bien de voir des gens pétrit d'intelligence avoir la même opinion que soi. Ca rassure, ça encourage, voir ça fait du bien à l'égo. Mais à dire vrai, ça ne fait pas vraiment avancer le shmilblique. Bon si, j'exagère, ça nous fait continuer notre lutte dans ce qui nous semble juste et qui semble utopique chez les autres. Et on peut aussi emmener des copains discuter sur ce film. On peut convaincre, discuter... Mais voilà. On reste dans notre cercle.

Mais Plus Belle La Vie a un autre rôle. D'abord il s'adresse à chacun et n'a pas forcément le discours qu'on attend. Bien sur il revendique, sur une chaine du service publique, les valeurs de la république. Mais on peut aussi entendre dans la bouche de Mirta Torres son aversion pour le mariage pour tous, on peut voir Thomas prendre un join, ou le docteur Lezerman faire un mariage blanc.

Si je n'accorde aucun consentement à ces trois possibilités, si je les réprouve pour pleins de raisons, pour autant les positions de chacun, m'ont fait évoluer sur les arguments "des autres", et m'ont rendu sans doute plus tolérante et ces positions plus acceptables. Ce que Ken Loach n'a jamais su faire. Mais je suis toujours d'accord avec Ken Loach.

Alors je crois qu'il faut arrêter le bashing contre cette série. Il faut arrêter cette élitisme primaire et tirer à boulet rouge sur cette production "bien dans le cadre et politiquement correct". Bien sur, ce n'est pas une série intellectuelle. Bien sur, je sais, qu'elle est très critiquable sur le traitement des intermittents, sur le budget qui lui est alloué au détriment d'autres séries plus léchée techniquement...

Mais, cette série a le mérite d'accompagner la pensée, la réflexion, et d'amener une touche d'humanité et de dialogue dans une société en crise... Et, à part si on est comédien sans le sous, si on cherche un producteur ou si on est très élitiste et qu'on estime que la réflexion n'appartient qu'à une certaine frange de la population, alors il est difficile de dire que cette série c'est de la merde.

Alors oui, j'espère que PBLV continuera, fera des petits, réglera les problèmes d'acteurs et de coûts de production... Mais j'espère que la veine, le sang, les racines qui font la qualité de PBLV aujourd'hui seront aussi durable que la peau lisse d'Ingrid Chauvin....