Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

vendredi 10 février 2017

Non c'est non. Même à deux ans.

Cette semaine, à la crèche, j'observe une adulte gérer un conflit entre deux enfants  de deux ans. Une petite fille est poursuivie depuis de longues minutes par un petit garçon qui veut lui faire un câlin. Elle a beau lui dire "je ne veux pas", il veut lui faire un câlin.

L'adulte s'interpose et calmement prend avec elle la petite fille pour la protéger. Le petit garçon se met à pleurer. L'encadrante se met à sa hauteur et lui dit: "Écoute Arnold, je sais que tu as très envie de lui faire un câlin mais elle n'est pas d'accord. Je sais c'est ta copine et ce n'est pas très sympa de sa part mais il faut le respecter."

Deuxième matin, deuxième round. Élisa arrive avec sa maman, elle n'est pas très réveillée. Serge son grand copain arrive et veut l'emmener jouer, et lui faire un bisous. Mais Élisa préfére les bras de sa maman. L'adulte qui est là lui demande d'attendre, elle lui explique que là, pour l'instant Élisa n'a pas envie de lui faire un bisous mais juste de dire au revoir à sa maman. La maman qui est là et qui ne sais pas trop comment la laisser sans lui faire de peine lui dit:
" Tu fais un bisous à Serge? C'est ton copain Serge..."

La petite Fille fait "non" de la tête.

"Alors là, c'est pas très gentil... il est gentil Serge, il veut juste te faire un bisous..."

Au travers ces deux scènes, j'ai soudainement compris comment, dès deux ans on explique à une fille que, sous prétexte qu'un garçon est gentil, ton pote, etc... (rayer la mention inutile)... il est quand même poli, (et ça se fait) de ne pas dire "non".

Dès deux ans, parents et société qui t'entourent, te mettent en tête que si tu dis "non" c'est que tu n'es pas gentille.

Pourtant cette crèche laisse les garçons enfiler les robes de princesses et les filles jouer au chevalier. Les parents le savent et l'approuvent. Pour autant on demande toujours aux filles d'être gentilles et de faire ce qu'on leur demande...

Je me disais que nous étions tous responsables, nous, femmes, parents, de penser que puisqu'on ne pense pas ainsi, il est évident que nos filles comprendront que "non c'est non" et que nos fils sauront que" quand une fille ne veut pas, c'est pas la peine d'insister".

Finalement quand je reviens sur les paroles de ma fille, sur les événements de l'école, je me trouve légère...

"Les garçons ne veulent pas me laisser jouer au foot parce que je suis une Fille"

Au lieu de lui dire "ils sont bêtes, joue à autre chose" je devrais lui dire de prendre le ballon, je devrais l'entraîner à faire des tirs aux buts et des passes décisives pour les obliger à reconnaître qu'une fille peut faire exactement les mêmes  choses qu'un garçon.

Oui nous sommes tous responsables devant le discours que l'on tient aux uns et aux autres. Parce que malheureusement, pour notre génération, je crains qu'il ne soit trop tard.

Mais tout n'est pas perdu. Certes il y a un gros travail à faire auprès de nos enfants, mais ce travail est possible! Alors la prochaine fois que je verrais un tout petit vouloir faire un bisous à une petite fille de force, je lui dirai "Elle n'a pas envie. Et si elle n'a pas envie, tu dois comprendre que c'est "non". Et quand c'est "non", c'est "non".