Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

vendredi 12 mai 2017

30 jours sans viandes

Tout  a commencé un soir de nouvel an. Mon copain Christophe, entre un verre de vodka et un verre de champagne, fait connaissance avec ma copine Sophie. Il vient de faire con coming-out: il est végétarien. Sophie, dont le beau-père est boucher, vient d’atterrir en terre inconnue (sans Frédéric Lopez à mon grand regret...):

- Mais qu'est-ce qui t'a décidé?
- Bah quand tu vois qu'au mois de décembre on a bouffé deux fois les ressources nécessaires de la terre... ça te fait réfléchir.

Au milieu de mon mojito, sa parole me laisse moins indifférente que je ne le voudrais. J'ai toujours envisagé le végétarisme, comme une protection des animaux. Et j'avoue, que même si j'adore les animaux, j'estime que je privilégie mon espèce animale aux autres, et qu'entre une vache et un enfant, je prends un enfant.

Oué vas-y balance.... Je suis une grosse vache donc c'est pas grave....

Mais sa phrase avait fait mouche... Donc je me suis quand même renseignée, comme ça pour voir....

"La production mondiale de viande était de 302,4 millions de tonnes en 2012 (FAOSTAT) et pourrait atteindre 465 millions de tonnes en 2050 tandis que la production de lait passerait de 702,1 millions de tonnes à 1 043 millions de tonnes sur la même période au regard de la croissance démographique et de l'évolution des habitudes alimentaires[4]. Or, pour nourrir le bétail, la demande en céréales augmente de manière considérable, les céréales étant de plus en plus l'aliment de base du bétail, au détriment de l'herbe des pâturages.
C'est pourquoi, selon les prévisions de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), il serait nécessaire de doubler la production agricole d'ici à 2050. En effet, pour produire un kilo de viande, il faut 7 kilos de céréales. Pour répondre à cette demande, il est possible d'augmenter la surface des terres cultivées, mais à quel prix ? Déforestation, monocultures intensives, utilisation de pesticides, d'OGM, destruction d'écosystèmes et perte de biodiversité...
Ainsi, l'élevage extensif et le soja exporté comme aliment du bétail sont la première cause de la déforestation selon Alain Karsenty, économiste au Centre de coopération internationale pour le développement et expert auprès de la Banque mondiale. Après une enquête de 3 ans publiée en juin 2009, Greenpeace affirme que l'élevage bovin est responsable à 80% de la destruction de la forêt amazonienne[5]..."


Ah oui, quand même... Mais le soir même, quand mon steak arrive sur la table, je n'arrive pas à résister....

Le temps, passe j'oublie peu à peu cette histoire. Puis un soir je regarde master chef. Premier plat poisson, deuxième plat, pigeon, troisième plat poulet. N'en jetez plus.




 La candidat, tranche son poulet, de façon propre, c'est presque beau. Il y a quelque chose d'esthétique dans cette image. Pourtant l'image de la chaire morte me dégoute. J'ai un espèce de haut le coeur... Je ne peux pas, devant la beauté du geste, je suis dégoutée de tant de viande, tant de gâchis. 

L'envie d'essayer. Je ne mange plus de veau, ni d'agneau depuis trois ans. Je ne me mets pas la pression. 30 jours, histoire de faire le point sur ce que je veux, je crois, j'ai envie.

La première semaine je me vois changer toutes mes habitudes. Et j'hallucine. En fait je m’aperçois que, moi, que je prenais pour une petite mangeuse de viande en faite j'en mange au minimum une fois par jour: Ma cuisine en est pleine.

En stage à Creteil, je cherche des repas rapides à midi. En arrivant à la supérette, j'ai le choix entre le gratin de courgette pour quatre ou la polente, sur une cinquantaine de produits!!!! Je ressors. Quelque jours plus tard ma collègue m'indique un snack de l'autre coté. Je choisi un gratin, aucun n'est sans viande. Mais les pizzas, et les sandwichs se partagent dans un bon cinquante/cinquante....

A la maison, ce n'est pas plus simple. Tous les soirs chéris me propose de finir les saucisses, la viande, la charcuterie, la pizza au jambon ou les lasagnes. Tous les soirs il faut lui répéter que "non, ce mois-ci je ne mange pas de viande". 

Parallèlement je m'aperçois très vite que je dors mieux et que je pête l'energie. Et pas que l'énergie. Je suis devenue une vraie bombonne de gaz!!! Quand à la case chocolat au bord des lèvres.... Je passe ma vie sur le trône, et le résultat ressemble plus à des épinards qu'à des boudins... Bref... Ce délicat passage abordé... Le reste ça va.

A chaque soirée, j'annonce ma décision à mes copains. Les réponses vont de "mais pourquoi???" à "mais tu n'as pas peur de foutre en l'air l'économie?", en passant par "mais c'est un effet de moooooodeuuuuuh!!! Après le gluten, le sans viande....". Oui. Sauf que je n'ai jamais mangé sans gluten. 

Souvent on me demande de m'expliquer. Moi, perso, je demande pas à mes potes pourquoi ils mangent de la viande, et j'ai pas envie de convertir qui que ce soit.... C'est un chemin intérieur. 

Par contre, j'avoue que les soirées pizza et junk food sont compliquées. Dans une pizzeria à part la végétarienne à l’artichaut (beurk) tu as rarement du choix. Quand au fast-food... Alors là autant chercher quelque chose de naturel chez Renée Zwellswegger (oui bon je sais pas l'écrire). Du coup, je commandais, et à la maison je remplaçait mon steack par un steack aux graines. Et putain Mcdo... C'est trop bon.... Bon pis pour ceux que ça intéresse il parait que Mcdo réfléchit sérieusement à un hamburger végétarien...



Je dois dire que ce qui m'a le plus étonné c'est que finalement pendant un mois, la viande ne m'a pas du tout manquée. Bien sur, pendant les fête de Pâques, la charcuterie m'a fait de l’œil et les steaks de chez "fraiches" me font encore saliver. Mais petit à petit, manger un repas sans viande, les remplacer par des steacks de boulgours, des galette d’épeautre devenait facile (et vachement économique). J'ai réfléchit à devenir complétement végétarienne mais j'aime trop la viande rouge. Mais je me suis rendue compte aussi que je ne pouvais pas continuer comme ça, en mangeant de la viande sans même m'en rendre compte et à haute dose.

J'ai alors j'ai pris la décision de ne manger de la viande que le week-end, une fois par semaine, chez des amis car je trouve difficile de demander un plat particulier quand on y va et au restaurant pour calmer mes envies de viandes rouge.

Hier soir, je suis allé à 750G la table. J'ai pris une bavette. Je n'avais pas mangé de viande rouge depuis plus d'un mois. Et j'avoue avoir kiffer grave. C'est moche mais c'est le mot. La viande était délicieuse et je retrouvais le goût de la viande et du plaisirs. Ma période sans viande m'a permis ça aussi: me redonner le goût de la viande et la manger avec parcimonie et plaisirs.

Je ne remangerai pas de viande avant une semaine ou deux, quand l'occasion se pointera. Mais je crois que si tous, petit à petit, on réfléchissait à notre consommation de façon consciente, on réduirait de façon importante notre empreinte carbonne. Mais changer la mentalité du monde.... ça prend du temps...