Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mercredi 24 mai 2017

Tout ce que je ne suis pas

Je ne suis pas psychologue

Quand j'ai dû annoncer à ton père qui ne voulait pas d'enfant qu'il allait être papa, je n’étais pas psychologue. J'ai dû prendre des pincettes, lui laisser le choix de t'aimer, d'être là ou pas. j'ai dû lui imposer des limites et apprendre à me préparer à être mère seule, en le rassurant face à son rôle de père. 

Je ne suis pas obstétricienne

J'ai dû veiller sur tes nuits dans mon ventre, j'ai dû apprendre à écouter mon corps, à ne plus manger de sushis, de viande rouge, à ne plus boire de vin, à ne plus fumer. J'ai dû apprendre à  parler à mon ventre, à t'encourager à grandir, à observer les pointes de tensions, et les traces de sucres. j'ai dû apprendre à être inquiète et à appeler l’hôpital au moindre sifflement d'oreille ou de papillons devant les yeux.

Je ne suis pas sage femme

J'ai dû convaincre l'infirmière que c'était le moment. J'ai dû demander à ton père de prévenir la sage-femme quand le chiffre 77 s'est inscrit sur le monitoring, j'ai dû te faire confiance à toi, petit bébé de 2200 grammes quand tu es partie avec le pédiatre, j'ai due guetter ton cri et tes réactions les premier jours. J'ai dû convaincre l'infirmière pédiatrique qui voulait te réveiller toutes les trois heures.

Je ne suis pas médecin

J'ai dû me lever la nuit pour prendre ta température, te veiller la nuit, parfois à l’hôpital, engueuler les médecins, signaler des soucis, t'embrasser, te rassurer... J'ai dû chercher à comprendre face à tes terreurs nocturnes, j'ai dû pleurer de fatigue quand tu as décidé de ne plus dormir. J'ai dû cacher mes inquiétudes pour que tu guérisses plus vite. J'ai dû apprende qu'il existait des pédo-cardiologue et que les encéphalogramme n'étaient pas forcément plat.

Je ne suis pas maîtresse d'école

J'ai dû me fâcher, m'opposer et m'impliquer dans ta scolarité. Encore aujourd'hui quand on me dit que "ça va être difficile" et qu'"il n'y a pas grand chose à faire de plus", je t'oppose le fait que tu es exceptionnelle et que tu va y arriver. Parce qu'après tout ça, tu m'as prouvé à quel point tu était une combattante, une guerrière, et qu'aucune bataille n'est impossible pour toi... 



De ces bientôt 8 ans, j'ai beaucoup merdé. J'ai pleuré devant ton père en envisageant de ne jamais le revoir, j'ai prié pour que tu meurs à la naissance pour que tu ne sois pas atteinte d'un retard mental, Je suis passé parfois à coté de ta gastro ou de ta fièvre parce que je me disais que ce n'était pas grave, je ne t'ai parfois pas entendu pleurer, j'ai parfois mis mon casque pour ne plus t'entendre, j'ai parfois bâcler les devoirs et eu envie de t'emmener à Disney en semaine pour qu'on oublie cette école et ces enfants difficiles. J'ai parfois envie de ramasser les noyaux de cerises qu'ils te jettent et les mots qu'il te disent et d'en faire des boules de courages qui te permettront de leur tenir tête et de leur dire que les moches, les idiots, les mal habillés, les méchants c'est eux. J'ai envie d'avoir 8 ans et de leur casser la gueule pour qu'ils sachent qu'ils ne sont pas impunis.

De ces 8 ans j'ai appris à être ta mère. J'ai appris à m'inquiéter, à être triste, à être fière, à admirer et à aimer. J'ai appris la vie, la vrai. 

Je ne suis ni psy, ni obstétricienne, ni sage-femme, ni médecin, ni maîtresse d'école. Je suis ta mère. Et c'est toi qui me l'a appris. Et tu as été le meilleur des professeur....