Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

mardi 1 août 2017

Moi et le handicap

J'ai été éducatrice pendant 10 ans. J'ai travaillé auprès de tous les publics: enfants, ados, adultes, sdf, psy, PJJ...

Si j'ai beaucoup aimé la psychiatrie, là où je me suis sentie le plus à l'aise fut après des adultes en situation de handicap mental.

Je déteste ce terme.

Déjà, "en situation de", c'est prendre des pincettes bien moches pour pas dire quelque chose. Et quand on ne dit pas quelque chose, c'est qu'on en a peur... L'histoire de Voldemort tout ça tout ça.... Dumbledoor sort de mon corps.

En plus "en situation de handicap", ça veut tout et rien dire. Si tu trouves un point commun entre le sourd et le gamin qui a une trisomie 21 tu m'appelles. Même les accompagnants et les accompagnements ne sont pas les mêmes. C'est comme dire "il est en situation de maladie". Tu vois? Bah, il peut avoir la grippe comme le sida. 

Pour finir, je n'utilise pas le verbe "être" mais le verbe "avoir". Quand j'ai la grippe, je dis "j'ai la grippe". Parce que avoir la grippe ne change pas mon identité. C'est juste un état. Bah le handicap c'est pareil. En utilisant le verbe "avoir", ça évite de penser que parce que tu "es trisomique" , tu es plus porté sur la chose, têtu, gentil ou câlin (oui, ce sont des écueils que j’entends plus souvent qu'à mon tour).

Alors pourquoi ce titre provocateur tu me diras....

Évidemment que non, je n'ai pas de handicap. Quoi que...

Mais depuis quelques temps, je me suis demandé pourquoi cette cause me tenait tant à cœur. A part un cousin de mon père que je ne connais pas, il n'y a pas de personnes qui ont un handicap dans ma famille. Je n'en n'ai pas dans mon entourage non plus.

Pourtant quand j'ai commencé à travailler dans un foyer occupationnel en 2008, je me suis sentie à ma place. Très vite, les injustices m'ont paru insupportables, je me suis opposée, jusqu'à l'épuisement, à mon équipe car je les ai trouvé en retard sur la prise en charge. Je les ai même emmené au cinéma voir des films canadiens sur le sujet....

Pourquoi, alors que j'avais travaillé dans plein d'autres domaine, soudainement, ce combat là me paraissait presque vital?

Parce que je suis des leurs. Parce que j'ai un fonctionnement à part moi aussi, je ne rentre pas dans le moule et je ne sais pas faire, je ne peux pas faire comme tout le monde. Je ne peux même pas dire ce qui ne fonctionne pas mais je dérange, énerve, et suis bien souvent exclue parce que différente. Je suis sure que beaucoup d'entre vous ont aussi ce sentiment. 

Au delà de la compassion, je me sens des leurs. Dans cette injustice, ces regard, ces différences de traitement malgré ce qu'on dit. Nous somme tous bardés de bons sentiments puis... on est lâches, on sourit bêtement, on lâche des mots, on traite différemment... Et on s'arrange avec nos consciences...

Et puis il me reste mon projet. Je vais rétrograder en statut social pour changer le monde, la société et le regard du monde sur le handicap. Je vais devoir expliquer aux responsables que, ici, les enfants ont le droit au même traitement et à la même éducation. Car c'est ainsi que les petits traiteront leurs camarades comme tout le monde. Et on ne perd pas les bonnes habitudes en grandissant.

Je suis dans un début de combat avec de vrais projet, petits et grands, parce que je veux changer les choses. Alors si vous voulez m'aider restez brancher à mon blog. Bientôt, je vais avoir besoin de votre aide....