Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

lundi 16 octobre 2017

Je ne parle plus.

  • 8 ans: Un homme m'emmène dans un parking et me propose de le masturber. 
  • 8 ans: Un homme me propose de le suivre
  • 9 ans: Je vais seule à la danse, un homme s'arrête dans une voiture et se masturbe devant moi.
  • 12 ans: On se promène avec ma cousine, un homme contre un mur se masturbe en rigolant. Elle est plus vielle que moi, elle lui répond "quand on en a une aussi petite et aussi moche on évite de la sortir". Depuis ce jour, j'ai compris qu'on pouvait répondre.
  • 13 ans: Un garçon de ma classe me met une main au fesse en plein cours de physique. Je lui mets une claque. Le prof ne réagit pas.
  • 15 ans: Un homme d'une cinquantaine d'année s'arrête à ma hauteur et me demande combien je prends pour une pipe. "Vu ta gueule, tu pourras pas payer..."
  • 16 ans: On rentre d'une fête de la musique avec ma copine Armelle, deux mecs nous coincent dans une cabine téléphonique, on s'en sort grâce à un coup de pied dans les couilles que ma copine à bien placé..
  • 18 ans: un homme m'attend tous les soirs devant le métro et me suit. Je m'en sors car un soir je fais semblant de prendre une rame mais ne monte pas. Il se retrouve coincé dans le métro et comprend que j'ai compris son petit jeu...
  • 21 ans: je rentre seule en métro, un homme s'installe à coté de moi, et me pose la main sur la jambe, il remonte... Je dois mon salut à un autre homme qui m'a protégé jusqu'à ma station.
  • 22 ans: Mon voisin d'en face se pose devant sa fenêtre seul et se masturbe à chaque fois que je rentre chez moi.  Je vis les volets fermés pendant des semaines et fini par déménager.
  • 25 ans: Je suis en couple avec un homme qui m'isole, me maltraite psychologiquement et fini par lever la main sur moi. C'est le moment où je pars.
  •  25 ans: Un homme me suis dans la rue en faisant des allusions sexuelles pendant plusieurs minutes. Je rentre dans un tabac et explique la situation. Le buraliste sort et le fixe, jusqu'à ce qu'il finisse par continuer sa route.
  • 25 ans: Je rentre d'un baby-sitting, un homme me suit. Je monte dans une voiture au feu, la jeune femme accepte de me ramener jusqu'à la station.

  •  27 ans: je marche sur un trottoir: une voiture passe avec trois hommes dedans. J'ai une jupe rouge longue mais fendue au dessus du genou. "Toi tu vas prendre ma grosse bite ce soir" me hurle t-il. Je lui répond que moi, je n'ai pas envie de sa bite du tout. "Tu vas la prendre quand même salope". Et il redémarre.
Voilà ici les pires situations dans lesquelles je me suis retrouvée en tant que femme. Je ne parle même pas des commentaires déplacés dans la rue, les questions déplacées pendant les entretiens d'embauches ou même les concours d'entrées pour les écoles de formations. Je ne parle pas des commentaires sur mon cul, mon poids, ma culpabilité parce que je suis trop désirable. Puis ma culpabilité parce que je suis trop grosse, donc pas assez désirable.

Je parle de moi.

Mais je ne parle pas de 99% des copines qui ont vécu au moins une fois une situation de ce type.  Je ne parle pas de mes copines qui ont vécu un viol, une tentative de viol ou un attouchement.

Tout à coup, des femmes célèbres parlent et c'est une onde de choc.

Mais vous étiez où en 89 quand les petites filles disparaissant puis été retrouvées mortes et violées? Vous étiez où quand il y a quelques années on revoyait la loi sur le harcèlement au travail et qu'un vide juridique existait? Vous étiez où quand cette belge a fait un court métrage sur le harcèlement de rue et qu'on lui a répondu "c'est de la drague lourde, on ne peut plus rien dire".

Un femme en France meurt tous les deux jours sous les coups de son mec.

En France, en moyenne, un enfant sur cinq dans une classe est ou sera touché par une agression sexuelle avant ses 12 ans.

 On ne cesse de le dire. On ne cesse de l'écrire. On ne cesse de le crier. 

Alors maintenant que Angelina Jolie et Emma Decaunes hurlent avec nous, expliquent à leur tour qu'elles sont victimes d'un mec pleins de pouvoir à Hollywood, soudainement on se dit "ah oui. Merde ça existe... Ce n'est pas que les arabes. Ce n'est pas que les gens sans éducation. On n'est pas si protégée que ça. Ce ne sont pas des faits isolés". 

Maintenant que les filles racontent ce qu'elle ont assimilé comme quelque chose de normale, de passage obligé, sous le titre #dénoncetonporc, il y a une espèce de prise de conscience forcée...

Depuis qu'elle a 3 ans, j'ai expliqué à ma fille que personne n'a le droit de la toucher, de l'embrasser ou de l'obliger à faire quelque chose qu'elle ne ne désire pas. Elle se doit de m'en parler. Elle doit crier et chercher de l'aide, très vite. Et chaque année j'avance dans mes explications, et je lui fait répéter ce qu'elle doit faire si ça lui arrive.

Vous trouvez ça normal?

Vous trouvez normal qu'un des rôle d'une mère de petite fille est de la prévenir des risques qu'elle encourt juste parce que c'est une fille?

Oui je sais on prévient aussi les garçons. Mais avouez que vous avez moins peur pour vos fils que pour vos filles. Parce que vous êtes des femmes. Et que vous savez ce que c'est qu’être une femme dans cette société.

Mais je ne peux m'empêchez en ce moment d’être en colère. Parce que j'ai parlé. Parce qu'on a parlé. Qu'au mieux on a classé nos affaires sans suite ("il n'y a pas eu viol"), au pire, on nous a dit qu'on l'avait bien chercher. Je me souviens à 9 ans quand la troisième agression a eu lieu, on m'a dit "tu les attires c'est pas possible".

9 ans.

De ce jour, j'ai décidé de ne plus parler. J'ai appris le verbe pour replacer les mecs à leur place. J'ai appris à rentrer dans les magasins, à demander aux hommes présents de me protéger,  à frapper quand je suis seule et sans défense. J'ai appris à fuir, à alerter, mais je ne parle plus parce que vous, la société, vous n'avez jamais entendu.

Je ne parle plus parce que c'est devenu un passage obligé, que comme mes copines j'ai fini par trouver ça normal.

Et j'avoue, qu'une de mes plus grande crainte est le jour où ça arrivera à ma fille. Parce que je ne me fais pas d'illusion. Malheureusement, elle a toute les chance pour que ça lui arrive.