Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 11 janvier 2018

De la liberté sexuelle

21h, mardi soir , chéri et moi autour de la table, comme la majorité des couples, on parle de notre journée.

- Tu as vu la tribune du monde?  Je demande
- Avec Catherine Deneuve. Oué.
- J'en peux plus. Ca me déprime...
- Mais elle a raison. Avec toutes ces conneries, moi quand je suis dans le métro, j'ai peur d'effleurer ma voisine de peur qu'on me traite de frotteur.

On a discuté un moment avec chéri, puis à bout d'argument, je lui demande: "Mais alors? Il ne faut rien dire? On doit en effet penser que c'est un "non evenement"? Que ce n'est pas grave?". Devant le silence pesant, de mon amoureux, je lui demande: "demain dans le métro, ta fille est victime d'un frotteur, tu le vois? Tu fais quoi?"

"Je lui casse la gueule"

A partir de cet exemple, chéri a bien voulu admettre que la faute en est aux mecs qui se croient tout permis.
Que lui, en tant qu'homme bien, ayant des principes et des valeurs, était autant victime que moi, femme potentiellement tripotée.
Lui, alors qu'il n'a rien à se reprocher, sera méfié dans le métro, à une soirée, lors d'une rencontre, juste parce qu'on ne sait pas s'il appartient à la majorité de ceux qui suivent les règles de respect, ou à la minorité qui juge que se tripoter contre une inconnue n'est pas si grave. Après tout si elle ne veut pas être victime, elle n'a qu'à pas mettre de mini jupe.

Ce qui me parait quand même aberrant dans cette histoire c'est que quand j'aborde la question avec quelqu'un (fille ou garçon d'ailleurs), souvent on me répond deux choses:

"Mais quand même, la fille dans le métro, elle peut pas se défendre? Il suffit de prendre la main du mec, et la lever bien haut. Ou lui foutre une bonne claque"

Oui, OK. Mais quand tu sais que dans la majorité des cas personne ne bouge ses fesses, et ce que tu risques à foutre une beigne ou même humilier... Des fois, tu joues pas trop ta fière et tu préfères attendre l'arrêt d'après, tant pis pour les 10 min de retard au boulot...

Donc, 1) on imagine que la femme quoi qu'il en soit est assez grande pour se défendre toute seule... Mais par contre...

"Oui mais on peut plus rien faire. On rentre dans un puritanisme à l'américaine: on peut plus draguer, même un peu lourdement sans risquer une plainte au cul pour harcèlement"

2) Donc, la femme est assez forte pour se défendre toute seule mais pas assez intelligente pour différencier une tentative de séduction, même lourdingue, et une attitude déplacée.

Alors évidemment, tous les hommes ne sont pas des gougeas sans noms. Mais de même, la majorité des femmes, ne sont pas des corps sans cervelles qui prennent toutes les attentions des hommes pour des agressions. Oui, ces femmes là existent. Mais toute femme n'est pas forcément une hystérique à qui il faut signer un papier avant de lui dire bonjour.

Surtout, ce qu'on n'a pas compris, je crois, c'est que si chacun comprend qu'il ne faut avoir aucune tolérance envers les frotteurs, les violeurs, les tripotteurs, etc... C'est avant tout pour aller vers une vraie liberté.

Car le jour où nous n'aurons plus aucune tolérance envers eux, il n'y aura plus aucune crainte, et plus aucune ambiguïté quand on sera dans une situation de séduction. Quand entre une femme et un homme la période de "roucoulade" s'installera, il n'y aura plus cette petite voix qui vous dira "méfie toi quand même tu ne le connais pas".

Il en découlera aussi la suppression des termes "chaudasse", "fille facile", "folle du cul"... Parce que la vraie liberté sexuelle pourra alors s'installer.

Vous voyiez. On a tous à y gagner.